Infanticide: les hypothèses sur le mobile de la mère

Un policier pose les scellés sur la maison où a eu lieu le drame
Un policier pose les scellés sur la maison où a eu lieu le drame - © Belga

Juliana Santana Duran a passé la nuit à la prison pour femmes de Mons. Cette mère, originaire de République Dominicaine, a été inculpée d’assassinat. Elle a avoué avoir étranglé sa propre fille, Diana, avant de la découper en morceaux et de la dissimuler dans son congélateur. Qu'est-ce qui pourrait expliquer un tel geste ?

Selon plusieurs sources proches du dossier, à l'origine du drame, il y aurait une violente dispute entre Juliana Duran et le père de Diana, dont elle est séparée. Une dispute intervenue quelques heures avant les faits, dimanche, au moment où le père ramenait la fillette chez sa mère.

L'enfant faisait l'objet d'une garde alternée et selon des proches, les relations entre les deux parents étaient particulièrement houleuses. Après leur séparation, le père de Diana a refait sa vie, rencontré une nouvelle compagne, ce que Juliana Duran semblait ne pas supporter.

Des témoins évoquent des comportements agressifs de la mère et des faits de harcèlements vis-à-vis du père de sa fille, comme des dépôts de plaintes non-fondées, dans l'intention de lui nuire.

C'est dans ce contexte particulier que, dans la nuit de dimanche à lundi, Juliana Duran a étranglé sa fille de 4 ans. Elle aurait d'abord déclaré avoir voulu faire souffrir son ex-mari en s'en prenant à leur fille. Mais mercredi, selon son avocat, elle a plutôt évoqué ce que l'on appelle un meurtre altruiste, à savoir supprimer son enfant pour lui éviter des souffrances causées par son père. Elle déclare aussi avoir eu l'intention de se suicider après le meurtre, mais selon elle, les policiers sont venus l'arrêter avant qu'elle ne mette son projet à exécution.

Moins de 24 heures après la découverte du corps de la fillette à Châtelineau, deux hypothèses s'affrontent déjà quant aux raisons qui ont poussé cette mère de famille à commettre l'irréparable.

Colette Jaspers avec Jean-Christophe Adnet

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK