Industeel (ArcelorMittal) : pas d'annonce majeure lors du conseil d'entreprise

Industeel Belgium, Charleroi
Industeel Belgium, Charleroi - © Tous droits réservés

La rumeur avait couru ces derniers jours, dans un contexte d’élections sociales internes : le groupe ArcelorMittal envisagerait de vendre sa filiale franco-belge Industeel qui emploie 2300 personnes dont un millier à Charleroi. L’entreprise sidérurgique est spécialisée dans la fabrication de tôles d’acier à haute valeur ajoutée. La FGTB avait réclamé et obtenu la tenue d’un conseil d’entreprise extraordinaire. Il s’est déroulé ce vendredi fin de matinée à Charleroi et n’a pas apporté d’annonce fracassante ou décisive. Oui, la direction du groupe sidérurgique pourrait se laisser tenter par une vente (elle a d’ailleurs mandaté la Deutche Bank en ce sens), mais cette idée-là a déjà été évoquée à plusieurs reprises lors des deux dernières années. ArcelorMittal pourrait aussi chercher un partenaire financier solide, lui qui connaît des problèmes de liquidités liés à la crise du Covid : moins de consommation, donc moins de production d’acier. Toutes les options sont sur la table, a expliqué la direction aux mandataires syndicaux, tout en confirmant qu’Industeel Belgium tire son épingle du jeu dans ce secteur de niche des aciers spéciaux. Certains redoutent que l’on essaie de parer la mariée de ses plus beaux atours en vue d’un mariage, et que le propriétaire suivant impose des réductions d’emploi. Mais pour l’instant, on est loin de ce spectre. Même si l’année 2020 est décevante, l’année dernière, le chiffre d’affaires avoisinait les 520 millions d’euros pour un résultat net de 3,3 millions d’euros. Des investissements majeurs ont par ailleurs été réalisés sur le site de Marchienne-au-Pont afin notamment de moderniser la coulée continue.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK