Incident à Walibi: toutes les personnes ont été libérées du "Dalton Terror"

C’est sans doute l’une des plus grandes craintes des passionnés de sensations fortes lors d’une visite dans un parc d’attractions : rester coincé dans une position inconfortable tout en haut du grand huit. Le cauchemar est devenu réalité pour plusieurs personnes venues profiter des derniers jours de beau temps de l’année à Walibi.

Ce samedi, vers 15h, le Dalton Terror, l’une des attractions les plus connues du parc pour sa hauteur maximale de 77 mètres, est tombé en panne. L’une des nacelles s’est coincée en plein milieu de la tour lors de la descente avec quatre personnes (deux femmes et deux hommes) à son bord, à 35 mètres du sol, nous explique Jean-Christophe Parent, le directeur général de Walibi Belgium.

Très vite, les pompiers brabançons et les membres de leur groupe de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux (Grimp) sont arrivés sur place et ont établi un périmètre de sécurité. L’autoélévateur des pompiers étant trop petit, ils ont dû évacuer les personnes coincées en rappel grâce à des "techniques de cordes", ce qui explique que cela a pris du temps. 

Les prisonniers sont restées dans les airs pendant 3h30 et ont été libérés vers 18h40. 

C’est la première fois que ce genre d’incident technique se passe au Dalton Terror, une attraction datant de 1997. Chaque année, elle est contrôlée et pour l’instant on ne connaît pas les raisons de cet arrêt.

Walibi va réaliser une analyse de risque ce samedi soir pour savoir si l'attraction peut rouvrir dimanche ou non. 

"L’une des rangées secourues après 30 minutes"

Emile était sur place depuis le début de l’incident et témoigne. "Deux rangées de siège se sont bloquées. Après 30 minutes, l’une des rangées a été secourue. La zone Far West du parc est bouclée et beaucoup de personnes regardent en ce moment l’intervention des pompiers, en prenant des photos. Pour le reste, le reste du parc et des attractions fonctionnent normalement."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK