Il y a trop d'horodateurs sur le territoire de Bruxelles-ville

A Bruxelles, les horodateurs ne sont pas rentables.
A Bruxelles, les horodateurs ne sont pas rentables. - © RTBF

Il y aurait trop d'horodateurs, qui ne rapportent pas assez. C'est Marion Lesmere, l'échevine du Commerce, qui le dit. D’où la question : ne vaudrait-il pas mieux opter pour des zones bleues ? En Région bruxelloise, certaines communes ont déjà fait ce choix.

Dans le centre de Berchem-Sainte-Agathe par exemple : aucun horodateur à l'horizon. La commune n'en a jamais voulu, ni n’en a jamais eu besoin. "Nous n’avons pas jugé utile d’installer des horodateurs à ce stade, explique Joël Riguelle (bourgmestre). Je ne pense pas que l’on peut se baser là-dessus dans une future politique de mobilité urbaine. Ce n’est pas en tirant de l’argent aux automobilistes que l’on règle les problèmes de mobilité."

Autre diagnostic à Bruxelles-ville où, depuis quelques années, les horodateurs ont fleuri un peu partout. L'actuelle échevine du Commerce en charge du stationnement, vient pourtant de commander une enquête. Dont il ressort que les horodateurs ne sont pas la panacée. Ils ne libèrent pas de place de parking et ne font pas rentrer plein d'argent dans les caisses communales. "Finalement, on se rend compte qu’ils ne rapportent plus, commente Marion Lesmere. Dans la mesure où ils sont placés dans des endroits où la présence forte de cartes riverains/habitants fait qu’ils n’ont pas de rentabilité."

L'actuel plan de stationnement va donc être revu. Certaines zones seront peut-être soulagées mais cela ne signifiera pas la fin des parcmètres. La ville de Bruxelles vient d'ailleurs de voter un budget de 4 millions d'euros pour améliorer la gestion des horodateurs.

Véronique Fievet

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK