Il s'évade de la manière la plus simple du monde: en courant

Pas d’hélicoptère, de prise d’otage ni de tunnel creusé à la cuillère… le détenu a simplement couru.
Pas d’hélicoptère, de prise d’otage ni de tunnel creusé à la cuillère… le détenu a simplement couru. - © Flickr - sakanami

Une évasion sans violence ni prise d'otage a eu lieu ce mardi à la prison de Saint-Gilles. Un détenu s'est fait la malle. Comment? En prenant ses jambes à son cou, tout simplement. Il faut dire que ce détenu avait un régime spécial d'incarcération. L'homme pouvait sortir la journée mais devait rentrer le soir. Sauf qu'ici, il a préféré ne plus rentrer du tout.

Il était en effet sous le régime de la détention limitée. Il avait le droit de quitter la prison durant la journée pour travailler, pour suivre une formation ou pour chercher un emploi. Par contre, il devait passer ses soirées et ses nuits à la prison.

Mardi soir, il est donc revenu à la prison après sa journée passée à l'extérieur. Les gardiens ont acté son retour et ensuite ils lui ont signifié que son régime spécial était suspendu. Selon le parquet, il n'avait pas respecté les conditions de sa détention limitée. Elle a donc été suspendue temporairement en attendant que le tribunal d'application des peines prenne une décision définitive.

Le détenu aurait alors prétexté avoir oublié ses papiers dans sa voiture, il est ressorti en compagnie d'un gardien. Et là, tout simplement, il a pris ses jambes à son cou et a piqué un sprint pour fausser compagnie à son geôlier.

A l'heure qu'il est, l’homme court toujours. Peut-être pas au sens propre du terme mais en tout cas, il n'a pas encore été repris.

 Geoffroy Fabré

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK