Il la demande en mariage avec un énorme graffiti sur la E411, elle répond "oui"

Il la demande en mariage avec un énorme graffiti sur la E411, elle répond "oui"
2 images
Il la demande en mariage avec un énorme graffiti sur la E411, elle répond "oui" - © Tous droits réservés

En ce jour de Saint-Valentin, voici une belle histoire d'amour. Celle d'un homme qui a écrit sa demande en mariage en grand... très grand.

La phrase est apparue au mois de juillet 2016 le long de la E411 à Auderghem, en Région bruxelloise. En lettres blanches, ponctuées d'un "o" rouge en forme de cœur, les mots "veux-tu m'épouser?" s'étalent en relief sur plusieurs mètres de long. Ce n'est pas un simple graffiti réalisé à la bombe, mais plutôt une installation de panneaux apposés sur une palissade de la Promenade Verte.

Pour connaître la suite de l'histoire, nous avons retrouvé celui qui a écrit ces mots

L'auteur de la fresque souhaite rester anonyme, mais il nous a raconté ceci. "J'avais vu cet endroit il y a plusieurs années. A l'époque, le mur était recouvert de graffitis. L'idée, à la base, était de mettre un message d'amour, simplement écrire "I Love You", quelque chose de très général, en fait. Mais il se fait que j'ai rencontré une personne qui m'est chère et que nous avions décidé de nous marier, et donc j'ai recyclé l'idée de base pour faire ma demande officielle en mariage"

Et le jour J, comment a-t-elle réagi? "Beaucoup d'émotions..., explique-t-elle. C'était vraiment un truc auquel je ne m'attendais pas du tout, cette demande en mariage un peu spectaculaire, hors du commun. J'ai eu envie de pleurer, mais je me suis retenue."

Et la réponse ? "Pour rigoler... je lui ai d'abord dit non". Un refus juste pour marquer le coup. Le couple est marié depuis le mois de décembre.

La commune d'Auderghem ne fera pas retirer la fresque

Depuis le mois de juillet, de nombreux automobilistes ont vu la fresque et elle est restée en place. La commune d'Auderghem ne voit pas de problème à garder la fresque. "La personne qui l'a posé sur cette paroi a pris soin de ne pas dégrader le bien public, explique le premier échevin Alain Lefebvre. Et puis il s'agit d'un message d'amour, ce n'est pas de la haine que l'on répand. Je pense que plein de monde l'a vu... et personne n'a vraiment réagi. Tout le monde trouve ça plutôt gentil et sympathique".

A part les dégradations du temps, la fresque est donc toujours là. C'est normalement la région, Bruxelles Environnement, qui doit décider de l'avenir de la fresque.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK