Il construit son voilier de A à Z avant de se lancer à l'assaut des mers du monde

Michaël Leleux espère mettre son bateau à l'eau dès cet été.
3 images
Michaël Leleux espère mettre son bateau à l'eau dès cet été. - © Tous droits réservés

Un professeur de primaire dans la région montoise a décidé de partir faire le tour du monde. Par souci d'économie mais avant tout par passion, il a décidé de construire lui-même son voilier de 12 mètres. Il a commencé voici huit ans.

Certains ont des rêves qui sortent de l'ordinaire comme faire un tour du monde de plusieurs mois. D'autres construisent carrément eux-même le frêle esquif qui les emmènera voguer de l'île de Pâques aux Marquises. Michaël Leleux fait partie de ceux-là: "Je suis passionné par la voile depuis tout jeune. Au départ j'avais l'idée de le construire aussi par souci d'économies. Finalement la passion l'a emporté. J'aurais pu acheté un bateau d'occasion pour le même prix... mais me connaissant, j'aurais tout démonté quand-même. Ici, je peux dire que je connais mon bateau à la moindre pièce près". 

Un bateau nommé "Tahé" qui occupe deux après-midi par semaine mais aussi presque chaque samedi depuis 8 longues années: "Je n'étais pas spécialement prédisposé à réaliser un projet comme celui-là mais j'étais passionné par l'objectif de faire ce tour du monde, par la voile et ça m'a gardé motivé". Au fil de l'eau comme des rencontres, Michaël est tombé sur des personnes déterminantes qui lui ont également procuré des conseils.

Mais du plan en passant par les soudures, la menuiserie, il a du tout apprendre. Encore quelques mois avant la mise à l'eau au Grand Large à Mons, là où Michael a appris à naviguer. Un retour aux sources avant la mer et plusieurs mois de tests avant de réellement larguer les amarres pour un voyage autour du monde avec son épouse.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK