IdemPapers: la reprise de l'ancienne papeterie serait enfin pliée

Le site d'IdemPapers, à Virginal (Ittre), devrait enfin tourner la page de la faillite. Si le tribunal de commerce donne son feu vert, la reprise devrait se concrétiser le 1er juin prochain. Soit tout juste un an après la faillite qui avait plongé 380 personnes dans le désarroi. Le redémarrage serait le fruit d'un accord entre le repreneur (groupe nordique), la Région wallonne (via la Sogepa) et les acteurs locaux
Le site d'IdemPapers, à Virginal (Ittre), devrait enfin tourner la page de la faillite. Si le tribunal de commerce donne son feu vert, la reprise devrait se concrétiser le 1er juin prochain. Soit tout juste un an après la faillite qui avait plongé 380 personnes dans le désarroi. Le redémarrage serait le fruit d'un accord entre le repreneur (groupe nordique), la Région wallonne (via la Sogepa) et les acteurs locaux - © Rtbf

C'est l'échevin (PS) d'Ittre, Christian Fayt, qui l'affirme: "si le tribunal de commerce valide le projet de reprise d'IdemPapers, la relance officielle du site aura lieu le 1er juin 2018". Soit un an après la faillite de l'ancienne papeterie!

Repreneur norvégien

"Cette fois-ci, c'est vraiment la bonne!", souligne l'échevin que nous avons pu joindre par téléphone en Espagne. "Nous attendions depuis le mois de septembre 2017... quand on a appris que le repreneur nordique était sur la balle". Le groupe norvégien Terje Haglund, spécialiste du papier. Un puissant industriel qui a déjà réussi à relancer l'activité de deux papeteries faillies dans les pays nordiques. "Ce sont des gens de métier", précise Christian Fayt. "Des professionnels efficaces et compétents. Pas des financiers! Des gens qui tablent sur une relance du site de Virginal en visant un produit basé sur un bon rapport qualité/prix. Ils ont un business plan qui va commencer tout doucement".

Des emplois à la clé

Le plan se concrétise par l'apport de 4 millions d'euros par le repreneur, la Région wallonne (via la Sogepa) devant apporter près de 4 millions d'euros dans la société rebaptisée "Virginal Papers S.A."

Mais le projet prévoit aussi l'engagement d'une quinzaine de personnes pour redémarrer l'activité, puis des effectifs supplémentaires portant l'équipe à 80, voire 100 personnes. "Nous espérons à plus long terme que ce chiffre se rapprochera du cadre précédant qui comptait environ 380 personnes. Par le biais de la cellule de reconversion, les meilleurs éléments de l'ancienne papeterie ont été engagés ailleurs. Mais j'espère que d'anciens travailleurs du site seront repris par le groupe repreneur". Et l'échevin de préciser que le dossier de reprise n'a pas été facile, ces derniers mois. Notamment parce que "la Norvège ne fait pas partie de l'Union européenne et qu'il a fallu signer beaucoup de conventions. Il a aussi fallu signer la reprise des machines qui appartenaient à un groupe financier français. Cela n'a pas été évident et cela a pris du temps", avoue l'échevin.  

Partenaire suédois

Toujours selon l'échevin, "un papetier suédois, désireux de s'implanter chez nous, vient appuyer le projet de reprise. Ce groupe est un gros vendeur de papier". Christian Fayt se veut confiant pour l'avenir. "Le papier reprend du poil de la bête sur le marché mondial. Dans un premier temps, le projet prévoit la production de papier classique. La production de papier auto-copiant sera mise entre parenthèses. Elle sera peut-être relancée par la suite". Quant aux machines installées sur le site, elles sont performantes et seront donc réutilisées.

Le coup de maître de la Sogepa

Partenaire des entreprises wallonnes en redéploiement et des sociétés actives dans le secteur sidérurgique, la Sogepa est un fonds d’investissement mis en place par la Région wallonne. Contactée hier, la Sogepa nous a confirmé que le dossier de reprise était sur le point d'aboutir. "Mais que la prudence restait de mise", d'autres repreneurs potentiels n'ayant pas concrétisé leur projet par le passé. 

Egalement contactés hier, des représentants syndicaux tenaient le même discours. Mais cette fois, le projet semble bel et bien être sur le point d'aboutir. Même son de cloche et même optimisme prudent chez le bourgmestre d'Ittre, le CDH Ferdinand Jolly.

"Deux personnes ont particulièrement oeuvré à ce projet", tient à préciser l'échevin socialiste Christian Fayt. "L'ancien directeur Jean Bernard et Vincent Vandreprol (Sogepa). Les acteurs locaux ont également travaillé à ce projet de reprise, en établissant des contacts entre les acteurs concernés, notamment". Verdict... dans les prochains jours!

            

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK