Huy: un atelier pour sensibiliser les seniors aux dangers de la route passé 65 ans

D'après les chiffres, un conducteur sur quatre a plus de 65 ans. Et à cet âge-là, les accidents sont plus fréquents.
D'après les chiffres, un conducteur sur quatre a plus de 65 ans. Et à cet âge-là, les accidents sont plus fréquents. - © Pexels

Un conducteur sur quatre a plus de 65 ans et à cet âge-là, les accidents sont plus fréquents. C’est l’Agence wallonne pour la sécurité routière qui le dit. Passée la soixantaine, la vue diminue, les réflexes également et le Code de la route évolue sans cesse… tout le monde n’est pas toujours à la page. Il faut donc se mettre à jour et adapter sa conduite.

C’est ce que proposait un atelier organisé jeudi à Huy. Une trentaine de seniors y ont assisté. "Je pense que mes réactions sont plus lentes qu’auparavant dans des situations de trafic dangereuses", nous confie ainsi l'un des participants.

Cette question, comme quelques autres, devait permettre aux participants d’évaluer leur niveau de conduite. Michelle a 74 ans, elle conduit encore souvent et elle s’en est plutôt bien sortie. "Oui, ça a été, mais ça aurait pu être mieux. Mais c’était très intéressant parce qu’on a l’impression qu’on sait plein de choses, et puis on se rend compte : " Mon Dieu, ça, je ne sais pas… ou ça, j’hésite ". Voilà !"

Claudine aussi est présente, car à 82 ans, elle réalise qu’il est de plus en plus difficile pour elle de prendre le volant. "On a des réflexes beaucoup plus lents et certaines situations ne sont pas vraiment stressantes, mais demandent beaucoup de concentration. Il y a des endroits où je ne vais plus. Faire le ring de Bruxelles par exemple, je ne le fais plus !"

Pierre Bismans est inspecteur de police et il insiste : cette formation devait avant tout rassurer, mais aussi conscientiser les conducteurs plus âgés. "L’âge ne doit pas être un facteur déterminant sur la capacité de conduire. Par contre, il faut bien garder en tête qu’avec l’âge arrivent tout doucement des problèmes de vue, d’ouïe, de réflexes, de fragilité osseuse. Et ça, malheureusement, ça a un impact sur la conduite et sur les conséquences éventuelles en accident."

Pour la trentaine de participants, la conduite reste importante. Synonyme de mobilité, elle représente leur liberté.

Les personnes âgées sont aussi de plus en plus victimes d’accidents de la route. Un senior sur deux perd la vie dans un accident. Pour les piétons et les cyclistes, c’est deux fois plus que pour les autres catégories d’âge.

Archive : JT 03/04/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK