Des musiciens jouent pour les patients de l'hôpital Epicura à Hornu : "On se sent moins seul, moins triste"

L’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie s’est associé à un groupe hospitalier et à l’université de Mons afin d’introduire la musique dans les hôpitaux. Ce samedi, les musiciens ont joué des airs de Bach dans les couloirs de l’hôpital Epicura à Hornu. Les patients y sont habituellement très isolés et ils sont réconfortés par ce concert : "Ça fait plaisir, c’est rare qu’on entende de la musique", dit l’un d’eux. "On se sent moins seul, moins triste", ajoute une patiente. Après avoir déambulé dans les couloirs, l’altiste Anne Pingen arrive à l’unité de soins intensifs où, exactement un an auparavant, le plan d’urgence des hôpitaux était activé et une unité Covid était installée en catastrophe. "C’était tellement intense que c’est comme si c’était hier : la brusque augmentation du nombre de patients, tous dans un état extrêmement critique, être confronté à des problèmes éthiques majeurs face à ces patients, c’était un moment d’émotion extrêmement intense", se souvient le docteur Shahram Mashayekhi, chef du service des soins intensifs.

2 images
Concert à l'hôpital © Charlotte Legrand (RTBF)

"Le 13 mars était une date très symbolique : on avait préparé notre unité mais on ne savait pas très bien à quoi s’attendre. On avait des images de Chine et d’Italie. Et le week-end on a accueilli 15 patients", ajoute François Burhin, directeur général du centre hospitalier Epicura. Pour lui, ce concert "est vraiment une bulle d’air : cette émotion partagée, cette sensibilité partagée par la musique, qui permet de nous relier". "C’est symbolique et émouvant, on a des frissons" dit de son côté Christophe Pallucco, kiné en soins intensifs.

L’altiste Anne Pingen a été prise par l’émotion de jouer : "C’est un monde où on ne pénètre en général pas, ou en tout cas pas de cette façon-là".

Le 13 mars marque aussi l’anniversaire de la mise sous cloche de la culture. L’initiative de l’université de Mons voulait rendre hommage à ces secteurs ébranlés par la crise.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK