Horeca: la black box, pour lutter contre le travail au noir, peine à s'imposer

C'est l'histoire d'une petite boîte noire qui n'a pas fini de faire parler d'elle. Les restaurants concernés par la règlementation sont censés être équipés d'une black box depuis le 1er juillet. A la fois pour éviter la fraude fiscale et le travail au noir. Mais les retardataires sont nombreux surtout à Bruxelles et en Wallonie. Ils risquent pourtant une amende.

Ils seraient en Belgique, environ 1/3 à ne pas avoir la carte permettant d'activer la fameuse black box. Sans cette carte, posséder la boite noire ne sert à rien. C'est elle qui permet d'enregistrer toutes les informations. Petite subtilité, il est impossible de détecter à distance si la machine est active ou non. Alors aujourd'hui, de très nombreux restaurateurs qui craignent toujours les retombées de cette black box ont décidé d'attendre encore un peu pour l'activer.

Equipé, mais...

"J'ai commandé la nouvelle caisse avec la fameuse boîte noire, je l'attends parce que j'ai payé un acompte, mais je ne pense pas que je vais l'activer directement", explique cette restauratrice, et d'argumenter : "J'ai peur car une partie de mon personnel est payé un peu en noir et je ne sais pas comment je vais faire pour pouvoir les payer entièrement en les déclarant".

Equipé, et... s'organiser

Pour Paul Van Havere, restaurateur à Louvain-la-Neuve, il a fallu réorganiser le travail. Fermer le restaurant le lundi et fermer entre la pause de midi et celle du soir par exemple. Mais il constate : "Le chiffre d'affaire n'a pas diminué, mais ce sont les charges qui ont augmenté, donc le bénéfice est moindre que ce que j'avais avant".

Mais attention seuls les restaurants dont le chiffre d'affaire en nourriture s'élève à plus de 25 000 euros sont concernés par la black box. La fédération de l'Horeca estime qu'il s'agit d'une discrimination, elle compte introduire un recours en justice. Et en attendant, elle appelle à demi mots ses adhérents à ne pas l'activer.

Depuis le 15 juillet, le SPF Finances organise des contrôles chez les restaurateurs avec à la clef des amendes pour ceux qui ne seraient pas en règle.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK