Hommage aux juifs contraints de travailler dans les carrières de Merlemont

Inauguration de la stèle en hommage aux 49 juifs et à leur famille
2 images
Inauguration de la stèle en hommage aux 49 juifs et à leur famille - © RTBF - Hugues Van Peel

Inauguration, ce week-end, d'une stèle commémorative en hommage aux 49 juifs et à leur famille, contraints par les Nazis de travailler dans les carrières de dolomie, à proximité du village de Melremont, près de Philippeville.

C’était il y a 70 ans, en plein milieu de la Seconde Guerre mondiale. Les travailleurs, forcés de travailler dans les carrières de Merlemont, et leurs épouses ont quasiment tous été assassinés ou déportés, dans les mois qui ont suivi. Quelques-uns seulement s’en sont sortis.

L’histoire de ces travailleurs forcés et de leurs enfants cachés s’était perdue au fil du temps. C’est une habitante du village, Marie-Noëlle Philippart, qui l’a fait resurgir dans les mémoires. Elle a fouillé dans les archives des carrières, recueilli des témoignages, et recousu le récit dans un livre publié récemment. L’inauguration d'une stèle est un aboutissement. Un moment très intense, pour Marie-Noëlle Philippart :

"C'est énormément d'émotion, une reconnaissance, vu la foule qui est venue pour rendre mémoire. J'espère que le monument sera aussi un symbole d'espoir".

Pour l'inauguration,  les petits-enfants avaient fait le déplacement. Il y avait Léon, Théo, Bella et quelques autres. Ils ont passé une partie de leur enfance à Merlemont. C’est ici que leur vie a basculé :  famille éclatée, parents assassinés ou déportés après des mois de travail dans les carrières. Les enfants ont survécu grâce à la résistance qui leur a permis d’échapper à la Gestapo. Bella ne cachait pas ses larmes :

"Est-ce que vous vous imaginez que l'on inaugure une stèle pour honorer les gens qui ont travaillé ici ! J'avais treize ans à l'époque et donc j'ai gardé tout ça en moi. 70 ans après, il y a cette inauguration, je trouve ça formidable".

Le monument se veut un monument d’espoir pour les générations futures. L’espoir que l'on n’oublie plus jamais ce qui s’est passé il y a 70 ans.

 

Hugue Van Peel

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK