Hombourg: l'ancienne gare et deux wagons restaurés en gîte

Sur le site, les propriétaires ont aussi restauré deux anciens wagons datant de la seconde guerre mondiale
4 images
Sur le site, les propriétaires ont aussi restauré deux anciens wagons datant de la seconde guerre mondiale - © Olivier Thunus

Pour certains, l'heure est aux vacances et parfois, celles-ci se déroulent dans des endroits insolites. A Hombourg, dans la commune de Plombières, l'ancienne gare de la fin du XIXème siècle a été restaurée en un gîte. Et sur le site, les propriétaires ont aussi restauré deux anciens wagons datant de la seconde guerre mondiale, afin d'y héberger des groupes.

Sur les voies, devant l'ancienne gare, deux wagons, portes ouvertes, invitent les visiteurs à y entrer. Deux wagons anciens. Mireille Degée-Meyers, propriétaire: "Le premier est un wagon hôpital anglais datant de la deuxième Guerre Mondiale, qui ramenait les blessés du front. Et le deuxième, c'est un wagon postal. Dans le wagon hôpital, vous trouverez les couchettes, soit pour dormir, soit transformées plutôt en divans. C'est le salon. Et dans le wagon postal, nous avons installé des tables, ce sera donc plutôt la salle à manger". Au total, 22 personnes peuvent y loger.

Les wagons ont été restaurés dans un souci d'authenticité: "Tout ce qui était possible de garder, on l'a gardé: les sols, les matelas. Pour ce qui est des pièces qu'on ne sait pas restaurer, on les a gardées telles quelles, et on pourra les voir quand on vient sur place. Il s'agit par exemple de l'ancien cabinet de médecin et de l'ancienne cuisine".

Le confort y est bien entendu d'époque, mais paraît-il pas trop mauvais. Quant au dépaysement, il est garanti: "On veut que les gens, quand ils rentrent, sachent qu'ils sont assis dans un wagon. L'objectif, c'est de faire autre chose. Je pense que les gens recherchent de plus en plus l'insolite, de dire qu'ils ont dormi dans une péniche, dans un wagon ou sur le quai d'une gare ... C'est un peu ça qu'on recherche".

Des wagons qui seront disponibles à partir de début septembre.

Olivier Thunus

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK