Haren: évacuation du site de la future prison, 3 activistes évacués sans incident

Les derniers occupants de la ZAD (la Zone A Défendre) de Haren ont été délogés ce matin. Depuis des années, ils s'opposent à la construction d'une "méga-prison" sur ce site de 18 hectares. Mais le début des travaux étant imminent, une vingtaine de policiers ont été mobilisés pour détruire les cabanes construites par les "zadistes".

Les policiers et les huissiers chargés de l'expulsion sont arrivés peu après six heure. Trois personnes avaient passé la nuit sur le site, elles ont assisté, impuissantes, à la destruction des cabanes en bois. C'est le cas de Mickael qui vivait là depuis 2 mois: "J’étais dans le château, c’est la plus grande construction qu’il y a ici, à la ZAD. Ils sont venus à 6h du matin nous réveiller et ils nous ont demandé de rassembler nos affaires et de partir." L’évacuation s'est passée sans incident.

Une fois les cabanes brûlées, des barrières devraient en principe empêcher une nouvelle occupation du site. A une centaine de mètres, Stéphanie, une habitante de Haren, opposante de la première heure à la prison ne cache pas sa déception: "C’est vingt hectares de nature et de terres arables qui vont être bétonnée. Ça me fait extrêmement peur sur un plan humain, social, économique et écologique."

Un "poumon vert bétonné"

"Après la canicule de cet été, [le gouvernement] Michel décide de bétonner le dernier poumon vert du Nord-Est de la capitale, et de bloquer les lanceurs d’alerte que sont les citoyens qui défendent l’espace vert du Keelbeek", réagit de son côté Jean-Baptiste Godinot, de Respire asbl.

Le début des travaux de construction de ce complexe pénitentiaire de 1200 places dans le nord de Bruxelles devraient commencer à la fin de l'été. Autrement dit avant le 21 septembre. Tous les permis (environnement, urbanisme) sont exécutables nous confirme la Régie des Bâtiments qui pilote le projet. Les recours introduits par les riverains ne sont en effet pas suspensifs. Et puis le contrat avec le Consortium Cafasso qui va financer, construire et assurer la maintenance de ce gigantesque complexe pénitentiaire pendant 25 ans est maintenant signé rajoute la Régie.

Le gestionnaire immobilier de l'état fédéral prépare une session d'information pour les riverains et une conférence de presse. Elles auront lieu début septembre. Une fois que tout le monde est rentré de congé. Objectif: répondre au mieux aux inquiétudes des riverains qui lui ont déjà adressé une série de questions. Notamment concernant le trafic des camions. Et là, la Régie tente déjà de les rassurer en expliquant que le charroi du chantier ne circulera pas dans les petites rues harenoise mais entrera sur le site via le boulevard de la Woluwe.

 

Reportage de notre journal télévisé de ce lundi 20 août

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK