Harchies: qu'elle est belle la prairie de Pierre Dubois, éleveur et cultivateur

Pierre Dubois
Pierre Dubois - © Raphaël Lesne

Pierre Dubois, éleveur et cultivateur à Harchies est un des dix lauréats du concours "Qu'elle est belle ma prairie".   

Depuis six ans, Natagora (une association de protection de la nature) et la FUGEA  (un syndicat agricole qui œuvre pour une agriculture plus durable) rejoint en 2017, par Natagriwal (une association qui pousse à la mise en œuvre du programme agro-environnemental et du réseau écologique européen Natura 2000) ont décidé de s’associer pour lancer le concours "Qu'elle est belle ma prairie".   L’objectif est la mise en valeur des agriculteurs qui mettent en place des pratiques conciliant production et préservation de l’environnement et de la diversité.

Soutenir les producteurs locaux

Suite à l’annulation de la Foire agricole de Libramont,  où sont habituellement récompensés les gagnants, l’édition de cette année a failli ne pas se tenir.  Mais, à l’heure où la pandémie de Covid-19 a mis en avant la nécessité d’une nouvelle relation à notre alimentation et notre autonomie locale, Natagora, la FUGEA et Natagriwal ont voulu continuer à montrer leur soutien fort aux producteurs locaux qui s’inscrivent dans une démarche durable.

Pierre Dubois, de Harchies, fait partie des dix lauréats du concours, tous récompensés. Sa prairie, gérée depuis 25 ans de manière extensive, accueille une flore et une faune très variée. La région de Bernissart est propice à la polyculture et à l’élevage, mais avec des prix du lait, et de la viande, instables et en diminution quasi constante et l’âge grandissant de nombreux éleveurs sans repreneurs motivés, beaucoup ont vendu leurs bêtes et labourent les prairies pour faire de la culture.

Petit à petit, la région perd son caractère spécialisé dans la polyculture-élevage

Une diversité des bêtes et des cultures

Pierre Dubois s’inscrit à contre-courant de cette tendance. Depuis 25 ans maintenant, il gère une partie de ses terres de manière extensive, en collaboration avec le DEMNA (Département de l’étude du milieu agricole et naturel), sur la réserve naturelle des Marais d’Harchies. Il élève tant des vaches laitières que viandeuses ainsi qu’une race rustique, la Galloway. Des cultures de céréales variées lui permettent de produire sur place 100% de la nourriture de son cheptel.

Sèche et humide

La prairie qu’il a présentée au concours se compose d’une partie sèche et d’une partie humide qui abritent toutes deux une grande diversité floristique et entomologique. Laiche des marais, consoude, flouve odorante ou grande marguerite colorent les lieux survolés par de nombreux papillons et libellules, tandis que des batraciens profitent des endroits les plus humides.

Le concours récompense donc ces éleveurs qui placent le respect de la nature au centre de leur travail. Il met en valeur l’élevage autonome, particulièrement utile à la biodiversité et à l’environnement. L’élevage en prairie permanente permet le maintien de la spécificité de nos paysages, est un nid de biodiversité tant végétale qu’animale, et un véritable puits de carbone permettant de lutter contre le changement climatique et de protéger les sols contre l’érosion !


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK