Harcèlement scolaire : des écoles tentent de lutter contre le phénomène

Après le décès vendredi dernier de Maëlle, une adolescente de quinze ans victime de harcèlement ; les élèves de son école étaient sous le choc. Le harcèlement est un problème récurrent à l’école. Alors, certaines ont décidé de lutter contre le phénomène en proposant des ateliers de prévention en classe. C’est le cas de l’Institut Sainte-Marie à Châtelet.

Des étiquettes collées sur le dos avec des mots censés les catégoriser entre "fouteur de gueule, paresseux" ou autre. Les élèves de l’Institut Sainte-Marie à Châtelet doivent se regrouper selon ce qu’ils pensent d’eux-mêmes et les rôles qu’on leur attribue. Une manière d’ouvrir le débat sur le harcèlement à l’école. Selon une récente étude de l’université de Louvain, un élève sur trois au moins, en fait l’amère expérience au cours de sa scolarité.

C’est le cas de Talya et elle s’en souvient très bien. "Une fille m’a critiqué sur les réseaux et dans la cour", explique-t-elle à ses camarades de classe. "Je me sens mal parce que je me souviens de mon passé donc je ne suis vraiment pas bien mais il faut en parler et évacuer pour avancer dans la vie".

En tout cas pour le corps professionnel c’est sûr, l’expérience porte ses fruits. "Ça fait quatre ans qu’en début d’année, on fait des activités avec les élèves et on voit vraiment une grande différence", explique Garcia Mariloli, éducatrice à l’Institut Sainte-Marie de Châtelet. "Le fait de nous les connaître, de voir un petit peu comment ils agissent. Certains sont timides, certains ne le sont pas. Certains disent déjà en début d’année qu’ils ont été harcelés donc on peut déjà travailler avec eux."

Les premières années passent obligatoirement par ce type d’atelier mais, en cas de problème, des séances exceptionnelles peuvent aussi être convoquées chez les plus âgés. "Il arrive que dans certaines classes on sente un gros problème", explique Pinella Scagliola, professeure de Français à l’Institut Sainte-Marie de Châtelet. "Les professeurs font alors appel à l’équipe et là on peut mettre en place des animations en classe".

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK