Incendie à Han-sur-Lesse: 5 morts, la mère auditionnée

Incendie à Han-sur-Lesse: la piste d'un incendie criminel semble écartée
8 images
Incendie à Han-sur-Lesse: la piste d'un incendie criminel semble écartée - © Rtbf-Monika Wachter

La mère de la famille victime lundi matin d'un incendie dans son habitation à Han-sur-Lesse est sortie du caisson hyperbare au CHU de Liège. Intoxiquée au monoxyde de carbone, elle a livré ses premières déclarations aux enquêteurs, a rapporté le commandant Bodart, des pompiers de Rochefort. Son époux et leurs quatre enfants ont péri dans l'incendie. Un violent incendie a éclaté lundi vers 2h25 rue des Grottes à Han-sur-Lesse. Le feu a pris dans une maison unifamiliale. Le bilan est lourd: cinq morts, un père de famille et ses quatre enfants. La piste d'un incendie criminel semble écartée. Les cinq corps seront autopsiés dans l'après-midi. La mère, intoxiquée au monoxyde de carbone, et un ami de la famille, brûlé au troisième degré et dont les jours sont en danger, ont été hospitalisés au CHU de Liège.

Les pompiers de Rochefort ont quitté les lieux de l'incendie lundi vers 17h00. "Tant qu'on est en action, ça va. Dès qu'on s'arrête, le moral en prend un coup", a expliqué le commandant. Mardi, les pompiers bénéficieront d'un suivi psychologique avec la "Fire Intervention Team". "Ils ont vu les corps et ont dû les dégager des débris. Ils auront besoin d'évacuer le stress post-traumatique", a précisé François Bodart.

Les corps sont autopsiés

Les cinq corps des victimes sont actuellement autopsiés par le médecin légiste. Mardi matin, les chiens renifleurs permettront de déterminer si des produits accélérants ont été utilisés, a-t-on indiqué au parquet de Dinant. La piste de l'incendie accidentel est privilégiée. La police scientifique, le service d'identification des victimes, l'expert incendie et le médecin légiste sont restés sur les lieux jusque 14h30. Les circonstances de l'incendie devraient être révélées mardi grâce aux conclusions de l'expert et du médecin légiste. L'ami de la famille est toujours dans un état critique.

Un incendie sans doute accidentel

"Il n'y a rien qui puisse faire penser à un incendie volontaire et criminel", a indiqué lundi la substitute du parquet de Dinant, Annabel Pirotte. Les habitants de cette vieille maison se chauffaient au poêle à pétrole. Cette famille était locataire de la maison depuis environ un an et demi.

"Le propriétaire avait mis une cassette à bois et un poêle à mazout au rez-de-chaussée, mais rien à l'étage. La famille se chauffait donc avec plusieurs petits poêles à pétrole mobiles à l'étage dans les chambres et à la salle de bain", a expliqué la substitute. La piste d'un incendie accidentel est la plus plausible mais ce sera à l'enquête de le déterminer.

Les analyses de l'expert incendie dépêché sur place seront communiquées mardi par le parquet de Dinant. "Les lieux où étaient situés les différentes sources de chaleur ne sont pas identifiables. Les chiens renifleurs doivent venir mardi matin afin de déterminer si des produits accélérants ont été utilisés. La mère ne pourra pas être auditionnée lundi. Son état de santé ne le permet pas", a indiqué Annabel Pirotte, substitute du procureur du Roi de Dinant.

"Aucune piste n'est écartée", a souligné le commandant Bodart. La piste d'un incendie accidentel est la plus plausible mais ce sera à l'enquête de le déterminer.

La police scientifique, le service d'identification des victimes, l'expert incendie et le médecin légiste ont quitté les lieux vers 14h30. Les pompiers de Rochefort et la police de la zone Lesse et Lhomme étaient toujours sur place.

Les pompiers n'ont rien pu faire

La maison s'est embrasée très rapidement. Les pompiers sont arrivés très vite sur place : il faisait nuit, donc aucune circulation. Quand ils sont arrivés, la maison était déjà entièrement embrasée, il n'y avait pas moyen de rentrer dedans, pas moyen de venir en aide aux cinq personnes qui étaient prisonnières des flammes.

Les pompiers avaient devant eux un brasier avec beaucoup de bois: une vieille maison face aux Grottes de Han. Le feu s'est propagé très, très vite, malheureusement. Cinq personnes sont décédées, le papa et les quatre enfants: deux garçons de 11 et 9 ans et deux filles de 3 et 2 ans. La maman, elle, est fortement choquée mais pas brûlée. Un ami qui a tenté de sauver les personnes qui étaient dans la maison est grièvement blessé. Ils sont tous les deux au CHU de Liège.

Sur place, évidemment, c'est la consternation, tout le monde est choqué et on va mettre une cellule d'assistance d'accompagnement psychologique en place pour l'école parce que les trois aînés allaient un peu plus loin dans la même rue, à l'école de Han-sur-Lesse. Il y aura certainement besoin de cette aide psychologique parce que les enseignants et les enfants vont apprendre ce lundi matin qu'ils ont perdu leurs camarades et leur papa.

La mère pourra être relogée par la commune

La maison ravagée ne représente aucun danger pour les riverains de la rue des Grottes à Han-sur-Lesse, a indiqué François Bellot, député-bourgmestre de Rochefort. "Il appartient au propriétaire de décider ce qu'il va advenir de l'habitation, si elle va être détruite ou non."

La commune de Rochefort dispose d'un logement afin d'héberger la maman de la famille. "Mais nous devons d'abord attendre qu'elle se remette et voir quels sont ses souhaits et désirs. Il en va de même pour l'organisation des funérailles. C'est une décision familiale qu'elle ne pourra prendre que lorsqu'elle sera revenue à elle. Et, d'après les agents de police présents près d'elle au CHU de Liège, ce n'est pas encore le cas", a précisé le député-bourgmestre.

La commune apporte une aide logistique au parquet, aux services de police, aux pompiers et aux enquêteurs. "Nous suivons leurs décisions, que ce soit pour l'évacuation des débris ou la mise en place du périmètre de sécurité qui restera tant que l'enquête sera en cours", a expliqué François Bellot.

RTBF et Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK