Hainaut : des bus/trams pour relier le Borinage à Mons

C’est l’un des points noirs de la mobilité dans le Borinage : la N51 qui relie Boussu à Mons en passant par Quaregnon et Jemappes. D’ici 2026, des bus/trams devraient la parcourir toutes les dix minutes. Le but est de réduire de 30% le trafic automobile sur cet axe surchargé. Pour ce faire, la Région wallonne et l’Europe mettent la main au portefeuille.

Les Bus à Haut Niveau de Service (BHNS), c’est comme ça qu’ils ont été baptisés. Il s’agit en fait d’une sorte de tram sur roue. Ces bus parcourront le trajet de la N51 qui relie Boussu à Mons. Les autorités misent sur une très haute fréquence de bus à savoir toutes les dix minutes avec une fréquence augmentée à un bus toutes les cinq minutes en heure de pointe. L’idée est de réduire les embouteillages sur cet axe souvent bouchonné. Les autorités misent sur une réduction de 30% du trafic automobile.

"Ce sont des bus qui vont rouler à tout moment entre 4h30 et 23h30 selon nos estimations", explique Rémy Prévôt, directeur exécutif Hainaut TEC. "Si jamais on laisse les choses faire, dans quelques années sur cet axe il n’y a plus rien qui roule".


A lire aussiBus à Haut Niveau de Service : l'enquête publique va être ouverte à Charleroi


Et pour réussir leur pari, la Région wallonne, la TEC, le SPW mobilité et l’agence de développement territorial (IDEA) comptent bien aménager des sites propres pour les bus mais aussi leur attribuer la priorité dans le trafic. "L’idée est de le faire tout en opérant un certain nombre d’aménagements pour faire que le bus aura une quasi-priorité. Qu’il puisse par exemple passer systématiquement au vert grâce à une détection à l’approche d’un carrefour. Le but c’est de faire en sorte qu’on ait un transport public qui ait une facilité de circulation".

L’idée c’est de stimuler les automobilistes à utiliser les transports publics et délaisser leurs voitures.

Pour les autorités, l’idée est donc de favoriser l’utilisation des transports en commun tout en réduisant l’usage de la voiture sur un axe déjà très congestionné.


A lire aussi : Premières crispations à propos du futur réseau des bus liégeois


Un budget de 50 millions d’euros

Pour réaliser cette ligne de Bus à Haut Niveau de Service, les autorités investissent 50,19 millions d’euros. Des fonds qui proviennent du plan de relance wallon près de 25 millions mais aussi des fonds FEDER européens.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK