Guy Coeme se retire définitivement de la vie politique locale

Guy Coeme a revêtu l’écharpe mayorale de 1987 à 1996. Puis il est redevenu bourgmestre en 2006 et termine actuellement son mandat sur Waremme.
Guy Coeme a revêtu l’écharpe mayorale de 1987 à 1996. Puis il est redevenu bourgmestre en 2006 et termine actuellement son mandat sur Waremme. - © Belga

L’actuel bourgmestre de Waremme a décidé de ne pas briguer de nouveau mandat en octobre prochain. Il ne figure d’ailleurs pas non plus sur la liste du PS. Un choix personnel, explique-t-il. Pour la vie locale, c’est une importante page qui se tourne.

Guy Coeme explique sa décision par le fait qu’il n'avait pas envie d'aller au-delà de l'âge de 65 ans. Les Waremmiens ont reçu une lettre dans laquelle il annonce son retrait définitif de la politique locale.

"Le petit prince de Waremme" comme le surnommait à une certaine époque sera resté bourgmestre de 1987 à 1996, année où la justice lui a interdit d’exercer tout mandat politique. "Je reviendrai", avait-il alors promis. Ce qu’il a fait en 2006, élu avec près de 3900 voix de préférence et dès lors réinstallé dans le fauteuil de bourgmestre.

Si sa popularité est restée intacte à Waremme, au niveau national, le nom de Guy Coeme est à jamais associé aux "affaires" qui ont secoué le parti socialiste dans les années 90. L'affaire Inusop tout d'abord, dans laquelle il est question de détournement, d'escroquerie et de corruption au départ d'un institut de sondage. Guy Coeme avait écopé de 2 ans de prison avec sursis.

L'affaire Agusta ensuite, liée à l'achat d'hélicoptères de combat surfacturés.  En 1994, elle entraînera d’ailleurs la démission des trois Guy: Mathot, Spitaels et Coeme. Guy Coeme qui était alors vice-Premier ministre et ministre de la Défense.

L'affaire Dassault enfin, liée à la modernisation des chasseurs bombardiers F16. Guy Coeme sera à nouveau condamné à 2 ans de prison avec sursis et 5 ans d'interdiction d'une fonction publique.

Marc Hildesheim

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK