Grottes de Han : un départ polémique qui fait grincer des dents

Le projet de déménagement du centre d'accueil et de la billeterie du domaine de grottes de Han est bouclé : la demande de permis a été déposée à la commune
5 images
Le projet de déménagement du centre d'accueil et de la billeterie du domaine de grottes de Han est bouclé : la demande de permis a été déposée à la commune - © Laurence LENNE-RTBF

C'est une des attractions touristiques les plus fréquentées de Wallonie avec 350 000 visiteurs par an :  le domaine des Grottes  de Han-sur-Lesse et du parc animalier projette le déplacement pour ses infrastructures. La société anonyme qui gère le site souhaite déplacer son centre d'accueil et sa billetterie du côté de la sortie des grottes. La demande de permis a été déposée fin décembre  et le dossier était évoqué hier au collège communal de Rochefort. Un dossier qui est loin de faire l'unanimité dans le village de Han.  

"Un déménagement juste 300 mètres plus loin, important pour l'avenir du site" 

Du côté de la direction du domaine, on se dit convaincu de la nécessité de ce déménagement. "Pour l'instant, notre centre d'accueil des visiteurs et notre billeterie sont situés dans le centre village, dans la rue des grottes, la rue commerçante de Han-sur-Lesse." explique Albert Jeoris, directeur de l'exploitation.  "Notre projet est de l'installer sur la plaine, près de la sortie des grottes. Un déménagement juste 300 mètres plus loin, important pour l'avenir du site. Le centre du village a ses limites, et le tourisme évolue. Nous voulons nous moderniser et en même temps améliorer nos conditions d'accueil des visiteurs en regroupant nos services. Certains jours d'affluence, des files d'attente se forment sur la rue,  au milieu de la circulation des voiture. C'est dangereux pour la sécurité." 

C'est l'architecte Olivier Marchal qui a élaboré les plans du projet, sur des terrains qui sont la propriété de la société anonyme  qui gère le site. Un projet déposé fin décembre à la commune de Rochefort. "Ce déménagement sur la plaine du dry-hamptay (c'est le nom du site à la sortie des grottes, où se trouve déjà l'espace Horeca), il permettra quand même du passage des visiteurs dans le centre du village. Car nous avons un projet de parking de plus de 400 places sur le camping actuel. Les touristes devront donc continuer à passer par la rue des grottes, avec toujours des retombées positives pour les commerçants".

Une affirmation qui ne convainc pas tous les riverains.

 

"Si ce déménagement a lieu, Han-sur-Lesse deviendra un désert économique"

"Je n'imagine même pas ce déménagement. "Pour moi, le centre d'accueil, le  départ du petit tram, tout ça doit rester dans le village. Cela fait partie de l'histoire de Han depuis plus de 100 ans." "Ce déplacement va faire du tort à la quiétude des habitants. Les autocars vont traverser la rue des grottes pour aller jusqu'à la plaine déposer les touristes. Le quartier va souffrir d'office de nuisances liées aux nuisances de  la circulation ". "Il y aura toujours ceux qui opteront pour le parking sauvage, pour être garés le plus près possible du site. Ces touristes là ne passeront pas par le centre de Han et ne dépenseront rien dans les commerces locaux."

Des riverains inquiets et même en colère

Les riverains que nous avons rencontrés à Han sont au mieux très inquiets, au pire très en colère." Si ce déménagement a lieu, Han-sur-Lesse deviendra un désert économique." expliquent deux gérants de tavernes très énervés. "Oui les touristes passeront dans la rue , mais le matin en étant pressés d'aller chercher leurs tickets pour l'entrée du site,  et en soirée pour aller rechercher leur voiture. Et ils auront dépensé leur budget sur place, en s'étant restauré sur place" soupire Jean-Pol Henin, gérant de la taverne du centre. 

Il reste une dizaine de commerces aujourd'hui dans cette rue des grottes et l'inquiétude est palpable devant toutes les vitrines.  "Moi je vends des souvenirs et des bijoux" explique Damien Wagner. Je pense que c'est l'Horeca qui sera le plus touché mais je trinquerai aussi, on va perdre de l'agent c'est certain . Je ne dis pas que l'on perdra tout notre chiffre d'affaire, mais une bonne partie quand même". 

"Nous ne pouvons pas nous prononcer maintenant sur l'octroi ou non du permis"

"Nous  avons reçu en effet la demande de permis" explique la bourgmestre en fonction de Rochefort  Corinne Mullens. "Nous estimons que nous ne pouvons pas nous prononcer actuellement sur l'octroi ou non du permis demandé. Nous avons besoin d'éclaircissements sur l'aspect socio-économique du projet. Sur les retombées pour Han-sur-Lesse. Sur les retombées aussi liées à la mobilité, sur l'aspect environnemental aussi. Car une partie du projet située en site naturel nécessite une dérogation."

Une étude d'incidence

La bourgmestre en fonction qui précise aussi que le tourisme est un axe important pour Rochefort et ses villages ,qu'il faut bien sûr y être attentif et être ouvert à son maintien et son développement mais qu'il faut rester prudent. "Le projet du domaine des grottes est important et nous, en tant qu'élus, nous devons peser tous les facteurs avant de prendre une décision. Nous demandons donc une étude d'incidence. Nous devons procéder étape par étape, et entendre toutes les parties. La direction du domaine mais aussi les riverains et les commerçants". 

Pas de position de la commune sur le permis avant plusieurs mois

C'est la société anonyme qui gère les grottes de Han qui va maintenant mandater le bureau d'étude pour réaliser l'étude d'incidence.  Des réunions d' informations vont être organisées dans les semaines à venir, et les différents points  de vue seront alors entendus et récoltés. Après de probables modifications, le projet sera alors à nouveau présenté à la commune qui, après enquête publique, décidera ou non d'octroyer le permis après l'avis du fonctionnaire délégué de la Région wallonne. "On n'attend pas ce stade de la procédure avant au moins 6 mois" explique l'architecte du projet. Et au regard des avis tranchés dans ce dossier, sans augurer de l'avis final du collège,  on imagine aisément que des recours au conseil d'état pourraient suivre la décision de la commune. Un dossier qui s'annonce long et animé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK