Grogne sur les réseaux sociaux après l'annulation des 24 heures vélo de Louvain-la-Neuve

Les 24h vélo de Louvain-la-Neuve rassemblent chaque année des milliers de cyclistes... et de fêtards.
Les 24h vélo de Louvain-la-Neuve rassemblent chaque année des milliers de cyclistes... et de fêtards. - © BRUNO FAHY - BELGA

La page Facebook "Un vélo, une bière, tous pour 24h à Louvain-la-Neuve" lancée par le Ciba, une confrérie folklorique étudiante internationale, rassemblait samedi après-midi plus de 5000 personnes assurant qu'elles allaient participer au 24h, tandis que 5900 internautes se disaient "intéressés" par l'événement.

L'idée des initiateurs est de "montrer qu'un étudiant ne se laisse pas faire et tient à son folklore", et donc d'inviter un maximum de personnes à venir dans les rues de Louvain-la-Neuve le 26 octobre, date prévue initialement pour la quarantième édition des 24 heures vélo, finalement annulées.

D'autres initiatives apparaissent également, comme la suggestion plusieurs fois répétée sur les réseaux sociaux de trouver des fonds via le crowdfunding pour aider le Centre Sportif Etudiant (CSE) à boucler son budget, lequel a explosé suite aux surcoûts entrainés par les mesures de sécurité à mettre en place dans le cadre du niveau 3 de menace terroriste.

Un texte publié par un ancien président du CSE et suggérant à chacun de faire un effort financier "pour ce symbole de notre liberté d'organiser, de guindailler, de vivre", avait aussi été partagé plus de 220 fois samedi après-midi.

Déception chez les étudiants

Sur la page Facebook "Uconfessions", qui rassemble des milliers d'étudiants de l'UCL, cette annulation a fait beaucoup de mécontents. Un message avec le hashtag "JeSuis24HVélo" a récolté plusieurs milliers de likes. Succès aussi pour cet étudiant qui se désole : "Dommage, je comptais me mettre à bosser après les 24h...".

Le CSE a confirmé vendredi qu'il n'organiserait pas la quarantième édition des 24 heures vélo de Louvain-la-Neuve, le coût des mesures de sécurité imposées dépassant son budget. Et également parce que ces mesures qui limitent les zones de concert à trois seulement, avec barrières hautes et contrôle d'accès strict, ne cadrent pas avec l'esprit de cette grande fête du folklore estudiantin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK