Grève sauvage au TEC Liège-Verviers: le ministre Henry condamne fermement

Grève sauvage au TEC Liège-Verviers: aucun bus ne roule
4 images
Grève sauvage au TEC Liège-Verviers: aucun bus ne roule - © Tous droits réservés

Les dépôts du TEC de Robermont, Jemeppe, Rocourt et Stembert (Verviers) sont bloqués par des piquets à la suite d'une grève sauvage qui a débuté ce vendredi matin. Les travailleurs redoutent la mise en place d'un plan d'économie. Une assemblée du personnel s'est tenue. Les chauffeurs ont choisi de maintenir la grève toute la journée. Ils ne reprendront le travail que demain. Le ministre wallon Philippe Henry a demandé la reprise du service dans les quatre dépôts concernés.

Les travailleurs protestent contre l'annonce d'un plan d'économie. La direction précise qu'à ce stade, rien n'a encore été officiellement décidé, que des pistes d'économie, toujours en négociation, ont été présentées.

La direction du TEC Liège-Verviers qualifie la grève sauvage de ce vendredi d'acte "terroriste", mené par certains délégués, "en violation de tous les accords".

Philippe Henry réclame la reprise du service

De son côté, le ministre wallon de la Mobilité Philippe Henry a demandé la reprise du service dans les quatre dépôts du TEC Liège-Verviers. "Partir en grève sans respecter au préalable la concertation, c'est mépriser l'usager qui attend des TEC un service pour se déplacer. Est-il crédible de prétendre défendre les clients du TEC, en menant un mouvement sauvage qui prend tous les voyageurs au dépourvu", souligne le ministre.

"Ceux qui débraient et empêchent leurs collègues de prendre le service sans avoir déposé de préavis de grève préalablement sont les ennemis du service public. Il est inadmissible de casser la concertation de la sorte", ajoute encore M. Henry.

"Depuis maintenant 4 ans, suite au gel de la dotation des TEC, nous luttons pour dégager les moyens nécessaires pour maintenir l'offre des bus en Wallonie. Au total plus de 30 millions d'euros ont été dégagés pour maintenir le service des TEC à un haut niveau. Cet effort important des pouvoirs publics correspond pour le TEC Liège Verviers à un passage de 159 millions en 2009 à un budget de 171 millions en 2013 (recette comprise). Pour la première fois, une économie est nécessaire. Un effort de 3 millions était au départ envisagé, la concertation a permis de réduire l'économie à 2 millions", rappelle le ministre.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK