Grève aux centrales EDF-Luminus de Seraing

"Le mouvement de grogne est dû à une accumulation d'éléments, mais ce qui a mis le feu aux poudres, c'est le fait qu'un délégué syndical a été sanctionné de manière disproportionnée après avoir fait part de ses craintes quant à l'avenir du secteur dans la presse", explique Christian Jacobs, président CNE du secteur gaz-électricité, pour le front commun syndical.
    
"Lundi, nous avons laissé les centrales de Seraing aux mains des cadres, mais depuis mardi nous sommes en grève. Ce n'est pas un mouvement initié par les syndicats mais un mouvement spontané du personnel, que nous encadrons", a-t-il ajouté.
     
Plus de 100 travailleurs se croiseraient les bras. Les revendications concernent notamment les horaires flexibles et une revalorisation des primes. Le personnel craint également une restructuration et donc des pertes d'emploi.
     
"Si on n'investit plus dans le secteur, on ne pourra peut-être plus produire demain", poursuit le responsable syndical. "Il faudra alors importer l'énergie, qu'on paiera au prix fort."
     
Une rencontre entre la direction et les syndicats est prévue sur le site de Seraing à 14 heures.
     
Mardi matin, les syndicats ont organisé un barrage filtrant devant le siège administratif d'EDF-Luminus, boulevard d'Avroy à Liège, et ont bloqué deux des trois bandes de circulation.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK