Grandrieu: éclats de joie dans un restaurant gastronomique après la libération d'Adil, Afghan sans-papier

Des éclats de joie hier soir à Sivry-Rance dans la botte du Hainaut. Adil Ahmad est sorti du centre fermé pour illégaux où il était enfermé depuis une semaine. Ce jeune Afghan était hébergé et travaillait comme apprenti dans un restaurant prestigieux avant que la police ne sonne à sa porte la semaine dernière.

Sa famille d'accueil et ses collègues ont soulevé des montagnes pour le faire libérer. 14.000 personnes ont signé une pétition. Hier soir, ils ont accueilli son retour en grande pompe. Champagne pour le retour d'Adil. Au fur et à mesure qu'ils apprennent la nouvelle, les proches arrivent. Les cuisines et l'arrière salle du restaurant se remplissent. On passe du rire aux larmes.

Derrière la mobilisation pour Adil, il y a Alain Boschman, le chef du restaurant et tuteur du jeune garçon de 19 ans. Il a secoué toute la région et contacté des avocats. Alain sait aussi que le combat n'est pas terminé. Adil a été libéré pour un élément de procédure. Lui prétend être Afghan. L'office des étrangers soutient qu'il est Pakistanais.

Cette confusion a permis sa libération mais il reste sans-papiers. Il est censé quitter le territoire belge. Toute la famille espère que son statut d'apprenti et le fait qu'il soit inscrit dans une formation de promotion sociale pourra le préserver. Mais s'il n'obtient pas de permis de séjour, il ne pourra plus travailler dans le restaurant de sa famille adoptive.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK