Gosselies: le site de Caterpillar passera dans les mains wallonnes le 4 mai

Caterpillar Gosselies
Caterpillar Gosselies - © Tous droits réservés

Le 27 mars 2017, Paul Magnette, alors encore Ministre-Président de la Région Wallonne, annonçait un accord entre Caterpillar et la région pour la reprise, pour un euro symbolique, du site industriel de Gosselies.

Mais avant que les nouveaux propriétaires ne prennent possession de l'espace - terrains, bâtiments et une partie des équipements - le constructeur américain d'engins devait encore y œuvrer et notamment démonter un outillage inutile aux futures activités.

Ce travail touche à sa fin. Il y a quelques jours, le lettrage a été enlevé des façades des bâtiments. Il ne reste désormais que les trois lettres CAT sur l'imposant château d'eau, en bordure du site. Ces trois lettres disparaitront bientôt , elles aussi.

Le 4 mai, la Société de reconversion des sites industriels de Charleroi, prendra possession des lieux

Enfin alors, Caterpillar, maître des lieux depuis 1965, remettra les clefs. Et s'en sera définitivement terminé de la présence de Caterpillar à Gosselies. Les regards se tourneront vers l'avenir.

La date est aujourd'hui connue. C'est le 4 mai que la Soresic, la Société de reconversion des sites industriels de Charleroi, prendra possession des lieux et aura alors la charge de leur gestion et leur entretien. Cette société a été créée par l'Igretec, l'Intercommunale pour la Gestion et la Réalisation d'Etudes Techniques et Economiques de Charleroi, et la Sogepa, le bras financier de la Région Wallonne. Une société montée spécifiquement pour prendre en charge l'avenir du site de Gosselies. 

Le chiffre de 15 projets est évoqué

On sait que plusieurs acteurs industriels ont déjà marqué leur intérêt et aimeraient s'installer à Gosselies. Le chiffre de 15 projets est évoqué. La Soregic aura également pour mission d'analyser ces demandes, de retenir celles qui pourront avantageusement faire revivre Gosselies et d'aider les futurs acteurs à s'installer.

Si elle s'est frotté les mains au moment de signer la reprise du site pour un euro symbolique, la Wallonie devra en réussir la reconversion. Une structure y est dédiée et sera maître à bord dans 51 jours.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK