Gosselies et Gilly: Go Shop, jusqu'à 6000 euros de bienvenue pour les nouveaux commerçants

Vitrines vides cherchent nouveaux commerçants à Gilly et à Gosselies.
4 images
Vitrines vides cherchent nouveaux commerçants à Gilly et à Gosselies. - © P.W. - RTBF

Redynamiser le petit commerce à Gilly et à Gosselies. C'est l'objectif du projet communal "Go Shop". En clair, il s'agit d'encourager les commerçants à réinvestir des cellules vides. Une aide à l'installation qui s'élève à 60% des frais nécessaires et qui peut grimper jusqu'à 6000 euros. Voilà une bonne nouvelle dans des quartiers où les vitrines vides sont nombreuses.

"Le but, c’est d'avoir des commerçants longue durée. Des artistes. Des métiers de bouche. Des profils diversifiés en tout cas, car c'est la diversification qui fera revenir les gens à Gosselies", explique Chantal Van Weyenbergh, présidente de l'association des commerçants de Gosselies. Son collègue sur Gilly, José Mandiaux, abonde dans le même sens. Pour lui, de tout façon, le vent tourne. C'en est fini de la toute puissance des hypermarchés : "Aux USA, les petits commerces reprennent de plus en plus vigueur par rapport aux centres commerciaux. Faut espérer qu'à Gilly, ce soit la même chose".

Un jury sera chargé de choisir les commerçants bénéficiaires de l'aide "Go Shop". L'objectif est que ces nouveaux commerces soient pérennes et de qualité: ils doivent compléter le mélange commercial de la zone et non copier ce qui se fait dans la rue d'à côté. Ils doivent en outre répondre à des besoins.

Deux ou trois bons commerces suffisent

Jean-Luc Calonger est président de l'AMCV, l'association du management de centre-ville, opérateur de ce projet. Avant Gosselies et Charleroi, il a déjà mis en place un processus similaire à Schaerbeek (2013), Saint-Gilles, Liège (2014), Namur et d'autres villes wallonnes. Ça n'a pas fonctionné partout, mais par endroits, ça a permis de redynamiser complètement certains quartiers. "Généralement, si deux ou trois bons commerces s'installent, ça a un effet d'entraînement et d'autres suivent, même sans primes."

De bouche et de doigts

Quels sont les types de commerces qui ont le plus de chance de bien fonctionner ? Ça dépends des endroits et de la demande locale... Mais Jean-Luc Calonger distingue tout de même deux commerces à succès: "Les métiers de bouche comme les boulangers, bouchers, traiteurs, poissonniers... Et les métiers qui viennent du digital. Je veux parler de ces blogueurs/influenceurs/commerçants en ligne qui font le pas d'ouvrir une boutique. J'ai ainsi vu s'installer ailleurs un fabriquant de bijoux, un vendeur de produits à base de chanvre, un négociant spécialisé en whisky ou encore un marchand de slips français. Tout ce qui est recyclage et circuits courts, c'est aussi très tendance..."

La Ville de Charleroi a dégagé 40 000 euros pour ce projet. Après Gilly et Gosselies, d'autres communes de Charleroi suivront. Les premières aides tomberont fin 2019. Si ça vous intéresse... toutes les infos et les formulaires à remplir sont sur le site AMCV.be.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK