Gerpinnes: les riverains de la nationale 5 en ont assez des accidents

Des accidents impliquant des motards, des automobilistes et, aussi, des poids lourds, se produisent très souvent sur la Nationale 5 comme ici à Loverval en janvier 2013
Des accidents impliquant des motards, des automobilistes et, aussi, des poids lourds, se produisent très souvent sur la Nationale 5 comme ici à Loverval en janvier 2013 - © rtbf.be

Samedi dernier a eu lieu une petite manifestation au sud de Charleroi. Ils étaient une trentaine de personnes à s’être données rendez-vous au rond-point du Bultia à Gerpinnes. Il s’agissait de riverains venus dénoncer la dangerosité de la Nationale 5, qui relie Charleroi à Couvin, et promouvoir leur solution aux problèmes qui ne durent que depuis trop longtemps.

Cette solution, pour les riverains de Loverval et Gerpinnes, passe par le dédoublement de la route à partir de Somzée en direction de Charleroi. Mais ce n'est pas la vision d'autres riverains, eux, de Nalinnes. Chacun a donc sa solution mais, pour l'instant, rien ne bouge et tout le monde manifeste.

Laeticia Piret est la porte-parole des associations de Loverval et de Gerpinnes et elle nous a expliqué le but de cette manifestation : "Nous trouvons que c’est le moment opportun de manifester car plusieurs accidents ont eu lieu dernièrement avec des motards et des piétons dont certains furent mortels. Nous pensons que les hommes politiques wallons doivent se pencher sur les problèmes de sécurité de la Nationale 5. Pour les usagers bien sûr mais aussi pour les riverains et les commerçants dont les magasins longent la route. Nous voulons aussi faire comprendre aux gens de Nalinnes, qui proposent un autre solution que la nôtre, que tous les accidents se passent bien en amont du rond-point 'Ma campagne' et du rond–point situé en face de l’école Notre-Dame où des piétons ont été fauchés. La nationale 5 est en pleine agglomération et les automobilistes roulent beaucoup trop vite sans adapter leur vitesse à l’environnement".

Luciano Arcangeli, Daniel Barbieux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK