Gerpinnes : Le bal aux lampions exaspère les riverains

Gerpinnes : Le bal aux lampions exaspère les riverains
Gerpinnes : Le bal aux lampions exaspère les riverains - © Nathalie Paesmans

 

L’Open Air de Gerpinnes se déroulait ce mardi 14 août, dans le parc Saint-Adrien. Plus de 6000 personnes ont participé à l’évènement. L’ambiance était à la fête pour les participants et le Comité des Jeunes de Gerpinnes, organisateurs du bal aux lampions. Mais les riverains qui habitent près du Parc Saint-Adrien n’en peuvent plus des nuisances engendrées par ces réjouissances. 

Jean-Philippe Art habite dans le quartier résidentiel proche du parc Saint-Adrien.  Avec une poignée d’autres riverains, il dénonce les dégradations que cause l’Open Air. Il a déposé une lettre au bourgmestre pour faire part de son mécontentement à la commune. Michel Robert, échevin des fêtes de la commune de Gerpinnes, confirme que la problématique sera à l’ordre du jour au prochain collège communal.  “On est attentifs au bien-être de nos citoyens. Mais...  Interdire un évènement fait par les jeunes, pour les jeunes ? C’est compliqué pour nous” admet l’échevin.  

Une communication inexistante 

Jean-Philippe Art déplore un manque de communication par rapport à cet évènement La commune n’a jamais transmis d’informations aux riverains. On est mis complètement de côté. On ne connaît les détails de l’évènement que par la presse alors qu’on habite juste à côté”.   

L'échevin des fêtes confirme cette problématique et admet qu’”’à l’heure de la participation citoyenne, on doit avoir une concertation avec ces riverains. Moi je pense qu’il faudra arriver à un agenda plus serré pour les évènements qui se déroulent dans le parc Adrien en été. Et arriver à avoir un vrai dialogue entre les riverains et le comité organisateur”.  

Du bruit et de la saleté 

Les habitants se plaignent des nuisances sonores à répétition et proposent d’établir une tournante entre les différents parcs de Gerpinnes pour partager équitablement le bruit que provoque l’évènement. Mais le parc Saint-Adrien est le seul qui puisse contenir 6000 personnes. En plus, transférer l’évènement ailleurs ou même dans la campagne, c’est compliquer la gestion de la sécurité, facilitée par l’agencement du parc Saint-Adrien déclare Michel Robert.

Il signale qu’en plus, “le quartier se transforme en véritable parking. On ne sait parfois même plus se garer devant notre propre maison. Ajoutez cela aux déchets jetés dans nos allées. L’organisateur Marcellin Marchal réagit : “On fait en sorte qu’il y ait un nettoyage minutieux dans le parc et dans toutes les rues avoisinantes. Les gens ne peuvent pas sortir avec leurs gobelets”.  Cette année, l’organisation prévoyait également des gobelets réutilisables. 

Pour la circulation autour du site, des taxis et systèmes de covoiturage étaient mis en place. Un parking de 600 places était à disposition des participants. Le jour de l’évènement, les organisateurs ont instauré une circulation locale pour éviter aux participants de se garer n’importe comment. 

Et quand lui on reproche un problème de décibels, l’organisation répond : ”Je peux comprendre que ça gène les riverains. Avoir de la musique jusque trois heures du matin, ça doit être désagréable. Mais en ce qui nous concerne, ce n’est qu’une fois sur l’année. On a essayé, il y a un an et demi, de faire une réunion de consultation avec les riverains. Il y a exactement deux riverains qui sont venus. On leur avait préparé à manger, prévu à boire”.

Une situation crescendo 

L’organisateur de l’Open Air regrette que les événements des derniers mois retombent sur leurs épaules : “Cette année est une année un peu particulière. La Belgique a été loin lors de la Coupe du Monde. Un évènement qui n’était pas de notre organisation s’est déroulé pendant un mois dans le parc Saint Adrien et a diffusé chaque match des belges sur grand écran. Mais ça nous, on n'est pas responsables”. De même que pour la propreté non respectée, pointée du doigt par les riverains.

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK