Gerpinnes : la Nana d'Albert Frère a disparu!

Exemple d'une Nana de Niki de Saint Phalle à Hanovre
3 images
Exemple d'une Nana de Niki de Saint Phalle à Hanovre - © Tous droits réservés

Le premier avril, cela fera exactement 20 ans qu'Albert Frère a installé la CNP, sa Compagnie Nationale à Portefeuille dans des bureaux construits à cet effet à la rue de la Blanche Borne, à Loverval (Gerpinnes).

Amateur d'arts, l'homme le plus riche de Belgique s'offre à cette occasion une Nana pour embellir ses installations. Les Nanas, ce sont ces sculptures typiques de l’œuvre de l'artiste française Niki de Saint Phalle. Des sculptures monumentales extrêmement colorées de femmes aux courbes généreuses et au mouvement léger et sautillant.

Longtemps, l’œuvre a trôné à l'extérieur des bâtiments, bien visible des usagers de la rue de la Blanche Borne. Mais il y a quelques années, elle avait été déplacée et installée au cœur du parc de la CNP. Dans l'axe des grilles du domaine, elle restait pourtant, grâce à ses dimensions et ses couleurs chatoyantes, visibles aux yeux des automobilistes passant devant la CNP.

Sur la vue aérienne qu'offre l'application Google Earth, et à la faveur d'un soleil rasant au moment ou l'image fut prise, on distingue très nettement l'ombre de la sculpture et l'on en reconnait aisément les contours.

La Nana d'Albert perdait de sa superbe

Depuis quelques jours, pourtant, l’œuvre a disparu. Ses reflets colorés ne s'offrent plus aux regards des usagers de la voirie qui jouxte la propriété du milliardaire.

Gilles Samyn, président de la CNP et fidèle collaborateur d'Albert Frère, le confirme. "L’œuvre qui avait déjà du faire l'objet d'une restauration il y a quelques années continuait à subir les intempéries et se dégradait considérablement. Par soucis de précaution, il a donc fallu se résoudre à déplacer l’œuvre. Depuis les bureaux, nous la voyons toujours, poursuit Gilles Samyn, mais elle est à présent à un endroit où elle est moins exposée. C'est vrai que c'est dommage mais nous n'avions pas conscience de l'attention que pouvait y porter les gens qui passent devant nos bureaux. Dans un sens c'est agréable de constater que les gens ont pu être sensibles à la présence de cette œuvre dans leur environnement, même si elle n'était pas directement accessible".

Une autre œuvre a pris place au cœur des installations d'Albert Frère à Loverval. Elle s'intitule "The Runner" et a été réalisée par l'artiste allemand Tony Cragg. "Malheureusement pour les passants, elle est moins visible. Deux fois moins haute que la sculpture de Niki de Saint-Phalle, elle est en bronze, un matériaux évidemment moins coloré mais qui présente l'avantage d'être extrêmement résistant aux intempéries".

La Nana, elle, coule une retraite heureuse à l'abri de la pluie. C'est bien meilleur pour ses couleurs... et ses rhumatismes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK