Gerpinnes: dans les pas de Rolende (vidéos)

Gerpinnes : dans les pas de Rolende (vidéos)
Gerpinnes : dans les pas de Rolende (vidéos) - © Tous droits réservés

Les oreilles et le cœur des Gerpinnois - qui s'appellent entre eux les Rolendiens - vibrent encore. Pendant tout le weekend et plus encore le lundi de Pentecôte, fifres et tambours ont résonné dans les rues de l'entité. Point d'orgue de ce weekend folklorique pour les uns mais aussi religieux pour beaucoup d'autres, la procession de la Sainte-Rolende, escortée à travers les villages de l'entité par des compagnies d'hommes en arme. Sapeurs, grenadiers, tromblons, zouaves,... parés de leurs plus beaux atours, ont défilé dans l'ambiance festive d'un weekend attendu par tous et dans le respect de la sainte locale dont c'était la plus importante des trois sorties annuelles. Revivez, dans les pas de Rolende, quelques moments tels que les vivent les Rolendiens.

La sortie de la messe à 3h45 et le début de la procession

La petite place de Gerpinnes Centre est pleine à craquer pendant toute la nuit du dimanche au lundi de Pentecôte. Certains n'ont pas encore dormi, d'autres se sont levés très tôt. Une célébration religieuse commence à 3h dans l'église Saint-Michel. Tout au long de cet office, de nombreux pèlerins, mais également de nombreux marcheurs, se pressent autour de la Châsse pour rendre hommage à la Sainte.

A 3h45, c'est le départ de la procession. C'est à la compagnie de Villers-Poterie que revient l'honneur d'accueillir la sainte à la sortie de l'église Saint-Michel. Très vite relayée par la compagnie de Gerpinnes-Centre qui escortera la Châsse jusqu'au village suivant.

L'entrée de la procession à Hymiée

Il fait encore nuit noire lorsque le cortège arrive à Hymiée, deuxième village traversé par la procession. La compagnie du village précède les pèlerins et fait une entrée sur place, traversant au passage la haie d'honneur formée par les soldats de Gerpinnes-Centre.

A l'entrée du village, une prière a été récitée auprès de la chapelle Saint-Hubert. En quittant Hymiée, une autre halte aura lieu devant la chapelle Saint-Pierre. Mais pour l'heure, c'est devant le chœur de l'église Saint-Etienne qu'est installé le reposoir sur lequelle est déposée la Châsse quelques instants... avant de repartir pour la suite de son périple. 

Quand Oger poursuit Rolende

Les premières lueurs du jour saluent l'arrivée de la procession à Hanzinne, village de l'entité de Florennes. Le cortège des marcheurs et pèlerins a quitté la province du Hainaut et l'entité de Gerpinnes.

A Hanzinne, la procession Sainte-Rolende en rejoint une autre, celle de Saint-Oger. Pendant toute la traversée du village, Oger poursuit Rolende. Les deux châsses ne se quittent qu'à la sortie d'Hanzinne, Rolende poursuivant seule vers le village de Tarciennes à travers les champs, via les chemins de remembrement. Pendant quelques kilomètres, les pèlerins restent entre eux. Ce n'est qu'à Tarciennes qu'ils rejoindront une autre escorte militaire et la compagnie locale.

Acoz et son château

Après la traversée de Tarciennes (Province de Namur, entité de Walcourt), la procession revient dans l'entité de Gerpinnes. Les pèlerins sont accueillis à la ferme de Bertransart pour un petit déjeuner bien mérité. Il est 7h25.

Rassasiés, ils se remettent alors en route, traversent Les Flaches puis Joncret avant de gagner Acoz à travers un petit chemin en terre. C'est là qu'attend la haie d'honneur formée par la compagnie des Coquîs d'Acoz. Une compagnie composée de zouaves, exclusivement.

Après un bref passage en l'église Saint-Martin, c'est la descente au château d'Acoz où se rassemblent les compagnies des trois derniers villages traversés: Les Flaches, Joncret et Acoz.

Une bénédiction a lieu dans la chapelle du château pendant que chacune des compagnies procède à une décharge en l'honneur de la sainte.

 

Là où Rolende a rendu son dernier souffle

Ensuite vient la montée vers Villers-Poterie à travers le parc du château puis le petit chemin Sainte-Rolende. A Villers, 6 compagnies rentrent solennellement dans le village et escortent la châsse jusque dans la cour de la ferme carrée où Rolende rendit son dernier souffle.

Salves et décharges se succèdent avant une dislocation qui marque un temps d'arrêt. Il est 13h, il est temps de se restaurer avant d'entreprendre le dernier tronçon de la procession.

 

Gougnies, Fromiée, Sartia... avant la rentrée solennelle

Après la pause, la fin se dessine doucement. Il faudra à la procession et aux pèlerins qui sont encore nombreux, traverser quelques champs pour rejoindre Gougnies.

C'est encore un petit chemin parsemé de caillou saillants qui mène un cortège dont les pieds commencent à être douloureux vers Fromiée.

Enfin, cette route, droite, longue, qui paraît interminable, mène la procession à la plaine de Sartia. C'est là que sont rassemblées toutes les compagnies qui ont pris part au périple, au cours de la journée.

C'est un moment de fête. Tous les marcheurs, folkloriques ou pèlerins, sont là, avec leurs familles, leurs amis,... pour partager un verre et un souvenir de cette belle journée qui touche presque à sa fin. Un moment d'échange fraternel entre Rolendiens.

A partir de 18h, l'une après l'autre, les compagnies auront alors encore à parcourir le petit kilomètre entre la plaine du Sartia et la tribune officielle.

Les mètres s'égrainent. Il en reste 350, un passage et un salut devant l'église Saint-Michel. Et enfin l'arrivée au cœur du Parc Saint-Adrien, lieu de la dislocation générale. Avec un sentiment partagé. La joie de cette nouvelle Sainte-Rolende où la pluie a épargné marcheurs et pélerins. La fierté de pouvoir dire "encore une de faite". La tristesse, aussi, des heures passées trop vite depuis le petit matin. Et l'impatience, surtout, d'être l'année prochaine et de retrouver tous les Rolendiens.

 

N. Rondelez

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK