Gerpinnes craint la fusion entre les sociétés de logement social à Charleroi

Le siège du Logis moderne.
Le siège du Logis moderne. - © Google Street View

A Gerpinnes, le Conseil communal a décidé jeudi soir, à l'unanimité, de s'opposer symboliquement au rapprochement en cours des 5 sociétés de logements sociaux de la région de Charleroi. Le Logis moderne, gerpinnois, devra se fondre dans La Sambrienne, cette méga-structure qui gèrera près de 10 000 logements. Cette fusion inquiète les élus de Gerpinnes qui espèrent, en marquant ainsi leur opposition, obtenir quelques assurances.

Le Logis moderne, c'est le petit poucet des sociétés qui vont fusionner. Ce sont 160 logements sur la commune, occupés au fil du temps par des Gerpinnois en difficulté.

La commune craint que, noyés au sein d'une énorme société, ces logements soient petit à petit attribués à des personnes dans le besoin certes, mais venant d'ailleurs. Au risque, dit-on à Gerpinnes, "que les nôtres ne trouvent plus de logements sociaux, ou soient logés loin d'ici".

Le dossier Apollo inquiète aussi à Gerpinnes. On sait qu'avec la destruction programmée de cet immeuble de logements sociaux, il faudra reloger des dizaines de familles. Les logements gerpinnois vont être bien tentants et la commune craint de ne plus pouvoir intervenir dans les décisions.

L'accord de rapprochement des cinq sociétés de logement (La Carolo, le Foyer marcinellois, Versant Est, le Logis Moderne et le Val d’Heure) prévoit qu'une personne de la commune, et une autre du CPAS, feront partie du conseil d'administration de la nouvelle grande société en formation. A Gerpinnes, on voudrait être sûr que cet accord sera respecté. Et que les projets qu'on avait pour le Logis moderne ne seront pas abandonnés une fois que celui-ci sera coulé dans un grand ensemble.

La commune n'a pas le pouvoir d'arrêter cette fusion. Mais elle a malgré tout choisi de s'y opposer. Pour le symbole.

Alain Vaessen

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK