Géothermie: un forage à Anderlecht pour déterminer le potentiel du sous-sol bruxellois

Un chantier de forage a débuté ce lundi dans le cadre du programme Brugeo, financé par l'Union européenne (fonds FEDER) et la Région bruxelloise. Objectif : explorer le potentiel du sous-sol bruxellois pour développer la géothermie. Une technique d'exploitation de la chaleur stockée sous nos pieds, notamment pour le chauffage.

La mèche d'une vingtaine de centimètres de diamètre se met en branle. Une minute plus tard, elle ressort avec un amas de terre. " On vient de récupérer les tous premiers échantillons du sol. Ce sont plutôt des limons. Pour l’instant, on est dans le quaternaire " précise Estelle Petitclerc du Service géologique de Belgique, un département de l’Institut des Sciences Naturelles. Cet échantillonnage, mètre par mètre va se poursuivre jusqu’à 120 mètres de profondeur. " Là on va atteindre des roches qui n’ont jamais été exploitées, jamais explorées jusqu’à présent à Bruxelles ". Des roches d'une très ancienne chaîne de montagne, potentiellement intéressantes pour les systèmes de géothermie peu profonde.

Cartographier le sous-sol bruxellois

Toutes les données récoltées lors de ce forage serviront à réaliser une carte de potentiel du sous-sol bruxellois. " Le but, c’est de montrer qu’il y a un potentiel géothermique à Bruxelles qui est intéressant, ça peut très bien marcher si c’est fait correctement " explique Christian Burlet du Service géologique de Belgique. " Et c’est aussi de faciliter la décision pour l’installation d’un tel système. Ma maison, mon immeuble est à tel endroit. Est-ce que la géothermie est une solution envisageable et est-ce que cela sera rentable ? Avec cette carte, on saura quoi très rapidement. "  

La Belgique et Bruxelles en retard

Par rapport aux autres pays européens, la Belgique, et Bruxelles en particulier, est très en retard dans le développement de la géothermie, une alternative qui donne pourtant accès à une ressource inépuisable et propre en termes d’émission de gaz.  

A Bruxelles, à peine une cinquantaine d'immeubles utilisent déjà cette énergie renouvelable pour leur système de chauffage et de climatisation. Essentiellement des particuliers mais aussi de grandes institutions comme le Chirec avec son nouvel hôpital Delta, ou encore l’Otan sur son nouveau site.

Avec ce projet Brugeo qui doit aboutir en 2019, l’installation de nouveaux systèmes géothermiques ne devrait plus être freinée par le manque de connaissances précises du sous-sol de la capitale.

 

Pierre Gérard (ULB) au micro de Geoffroy Fabré sur Bruxelles Matin

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK