Georges Dumortier: coupable mais pas puni

Goerges Dumortier est plutôt satisfait de son jugement
Goerges Dumortier est plutôt satisfait de son jugement - © Belga

Ce jeudi matin, Georges Dumortier a été reconnu coupable de faux, escroquerie et prise illégale d'intérêt par le tribunal correctionnel de Bruxelles, essentiellement pour avoir eu recours à de fausses notes de frais. Néanmoins, l'ancien directeur du Botanique, aussi ancien secrétaire général du Conseil de la musique et administrateur de l'Orchestre royal de Wallonie, bénéficie d'une suspension du prononcé.

Acquitté pour plusieurs préventions, Georges Dumortier a bien été reconnu coupable d'avoir eu recours à de fausses notes de frais ou a des notes de frais remboursés deux fois par deux institutions différentes. 

Maître André Risopoulos, avocat de Georges Dumortier, est plutôt satisfait : "Au total, on parlait d’un dossier avec des enrichissements de centaines de milliers d’euros… Je me souviens des titres de la presse à l’époque. Aujourd’hui, on est là, avec une condamnation civile de Georges Dumortier, à payer 970 euros au Botanique et 1200 euros, à titre provisionnel, à l’Orchestre de Wallonie."

La condamnation au pénal n'a, en revanche, pas été prononcée. Elle est suspendue pendant cinq ans et sera définitivement révoquée au terme de ce délai si Georges Dumortier ne commet pas d'autres infractions. Il s'en sort donc plutôt bien vu la réquisition de la procureure. En effet, cette dernière réclamait 18 mois de prison avec sursis et 3 000 euros d'amendes.

Ce jeudi matin, la présidente a justifié sa décision en soulignant que Georges Dumortier avait déjà remboursé une partie des sommes indûment perçues, qu'il n'a pas de casier judiciaire et qu'il a subi un important préjudice de par la médiatisation de son affaire. Toutefois, elle a pointé du doigt la gravité des faits commis par un responsable d'institutions publiques qui est de nature à causer la perte de confiance du citoyen.

Partie civile au procès, la Communauté française va étudier l'éventualité d'interjeter appel de ce jugement.

Pierre Vandenbulcke – Delphine Wilputte

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK