Genval : le réaménagement du site des anciennes papeteries menacé?

Un nouveau quartier à Genval
Un nouveau quartier à Genval - © Equilis

Une ombre plane sur le réaménagement du site des anciennes papeteries de Genval. Un nouveau quartier doit sortir de terre à cet endroit : logements, commerces, résidence services et maison de repos. C’est un investissement de 100 millions d’euros consenti par Equilis, filiale du groupe Mestdagh. Le chantier est en cours mais il pourrait s’arrêter prochainement en raison d’un problème de permis.

C’est précisément la maison de repos qui pose problème : le prestataire initialement choisi s’est retiré, faute d’avoir obtenu l’agrément de la Région wallonne. Solution imaginée par le promoteur, transformer la maison de repos en appartements de résidence services supplémentaires. Mais pour ce faire, il a dû introduire une demande de modification de permis. Et cette demande vient d’être rejetée, ce qui fait craindre à la commune un arrêt du chantier d’ici quelques semaines. Le bourgmestre n’a vraiment pas envie de voir un chancre apparaître à cet endroit.

Le promoteur ne veut pas non plus que la construction soit interrompue

Equilis va répondre aux questions et aux critiques formulées par la commune et par le fonctionnaire délégué sur les modifications apportées au projet initial. Cela concerne par exemple la mobilité : transformer en résidence services une maison de repos dont les pensionnaires bougent peu est effectivement susceptible de générer du trafic et des problèmes de parking, il faut donc trouver une solution.

Une fois que toutes les craintes seront apaisées, la nouvelle demande de permis sera introduite. Et le promoteur compte sur la bonne volonté de toutes les parties pour que le dossier puisse avancer normalement. En principe, cette première phase du projet doit s’achever fin 2014, mise à disposition des bâtiments prévue en 2015.

En ce qui concerne la deuxième phase du projet (logements et commerces), la demande de permis sera introduite une fois que les problèmes liés à la première phase seront résolus.

 

Hugues Van Peel