Genappe: trop bruyants, le bar à vin et le centre récréatif pour motards ?

Face aux réclamations, le bourgmestre - dans un premier temps - avait restreint les heures d'ouverture. Conséquence: indignation du gérant et tollé sur les réseaux sociaux…
2 images
Face aux réclamations, le bourgmestre - dans un premier temps - avait restreint les heures d'ouverture. Conséquence: indignation du gérant et tollé sur les réseaux sociaux… - © RTBF

En cette météo estivale, les terrasses font le plein, parfois jusqu'aux petites heures. Éclats de voix, rires intempestifs, musique à fond... vous vivez peut-être à côté d'un lieu de fête et vous avez du mal à trouver le sommeil.

C’est le cas des riverains d'un bar à vin et d'un centre récréatif pour motards à Genappe. Leurs plaintes sont arrivées aux oreilles du bourgmestre, qui a dû serrer la vis.

"Beaucoup de personnes consomment pas mal d’alcool, ça génère immanquablement des nuisances, nous explique une riveraine. Aussi bien par rapport à la musique que lorsqu’ils reprennent leur voiture."

Face aux réclamations, le bourgmestre restreint les heures d'ouverture. Indignation du gérant, tollé sur les réseaux sociaux… Le bourgmestre assouplit son arrêté. Le compromis semble possible.

Mais non loin de là, le long de la bruyante N5, on est encore loin d'un équilibre entre respect du voisinage et droit aux loisirs. Un centre d'animations pour motards irrite les riverains proches, excédés par les moteurs. D'autres relativisent. "C’est vrai : d’un coup, il y a 40 motos qui démarrent… Donc, forcément, ça fait du bruit pendant cinq ou dix minutes. Mais à part ça, il n’y a pas beaucoup de nuisances (…) Avant, il y avait beaucoup de bruit le dimanche. Aujourd’hui, c’est nettement moins."

Ici aussi, le bourgmestre a serré la vis. Trop, aux yeux d'Olivier Hanssens, gérant de l'asbl de motards. "On pourrait comprendre l’irritation de certains s’il y avait des nuisances dont on n’avait pas conscience, comme la musique lors de certains concerts. Mais personne ne s’est jamais manifesté ! Et tout à coup, depuis qu’une enquête publique a été réalisée à l’initiative du bourgmestre, il y a un tollé général."

Mais derrière cette polémique, disent certains habitants, il y a peut-être la volonté de libérer un site convoité par des promoteurs immobiliers.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK