Genappe : le taux de croissance des bénéficiaires du CPAS atteint plus de 40%

Les demandeurs du revenu d’intégration sociale (RIS) sont de plus en plus nombreux en Belgique. Dans le Brabant wallon, la plus forte croissance est constatée à Genappe. Elle atteint 42% en 2020. Ces chiffres doivent toutefois être relativisés. Si la hausse des demandes est significative, le nombre de bénéficiaires dans la population reste faible : un Genappien sur 100 bénéficie de l’aide du CPAS. A Ottignies par exemple, le pourcentage atteint 2,5% et on est encore très loin des records observés dans le Hainaut. A titre de comparaison, à Charleroi, 5% de la population dépend du CPAS. Cela dit la hausse interpelle. Certains facteurs peuvent l’expliquer. Il y aurait un effet de rattrapage, la commune ayant été très préservée jusqu’ici. La pandémie a aussi joué un rôle : certaines personnes ont perdu leur emploi et n’ont pas directement droit au chômage ou au droit passerelle. A Genappe, il y a également beaucoup d’indépendants, une catégorie professionnelle très impactée par la crise du Covid.

Autre constat : la proportion de jeunes parmi les demandeurs est importante. Elle atteint aujourd’hui 47%. Pour ceux qui ne sont pas étudiants, le CPAS a mis en place un suivi individuel avec une assistante sociale et cela porte ses fruits. Dans un cas sur cinq, le bénéficiaire suivi retrouve du boulot via un contrat article 60.

Notons que la hausse des demandeurs du revenu d’intégration sociale, conjuguée à l’indexation et la volonté européenne d’augmenter les montants des aides aux plus précarisés (pour atteindre le seuil de pauvreté) ont un impact non négligeable sur le budget du CPAS de Genappe. Les dépenses sociales sont passées d’1 million 600 euros en 2020 à deux millions cette année. La hausse devrait se poursuivre en 2022.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK