Gembloux : une école recommande le port du masque dès la 4e primaire

Alors que la Flandre a imposé le port du masque en 5e et 6e primaires dès le milieu de semaine, le comité de concertation (CODECO) de ce vendredi 19 étend à présent la mesure à la Wallonie et à Bruxelles. Objectif : aider à ralentir la propagation du virus, en hausse dans les écoles, dans un contexte général d’augmentation des chiffres liés au COVID.

Premier masque offert

Au collège Saint-Guibert de Gembloux, on n’avait pas attendu cette décision pour recommander le port du masque. Et même aller plus loin en l’étendant à… La 4e primaire. "Sur le terrain, on remarque qu’il y a de plus en plus d’absents, et nous avons dû fermer des classes, explique le co-directeur, André Dubuisson. Il fallait donc prendre une décision. Le masque est hautement recommandé en classe, et devrait être enlevé uniquement pour jouer dans la cour de récréation ou pour prendre le repas de midi." Les parents avaient reçu un courrier hier, annonçant que la recommandation était déjà d’application ce vendredi, même si elle ne sera vraiment effective que lundi matin. "Le premier masque sera fourni par l’école, et si par après un enfant n’a pas de masque, il pourra venir en chercher au secrétariat."

Des élèves compréhensifs

Dans la classe de 4e primaire, les élèves, âgés de 9 à 10 ans, prennent assez sereinement la nouvelle, et y voient même un moyen de protéger leur institutrice. "Je pense que c’est bien, comme ça, on ne lui donne pas le virus, nous explique l’un d’entre eux. Elle nous respecte déjà en mettant le masque, alors on peut aussi la respecter en le mettant." Sa voisine est d’accord, même si elle sait que ce sera difficile. "On ne sait quand même pas très bien respirer avec un masque", glisse-t-elle. De son côté, l’institutrice, Clothilde Denis, pense également que le port du masque dans sa classe de 4e est une bonne idée : "C’est une mesure qui pourrait nous sauvegarder d’un risque de troisième vague. C’est vrai que ce n’est pas gai, mais certains élèves mettaient déjà le masque et je pense que, petit à petit, on va le faire entrer dans les mœurs."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK