Gembloux: du miscanthus chauffe un foyer pour personnes handicapées

La récolte du miscanthus, futur combustible "vert"
2 images
La récolte du miscanthus, futur combustible "vert" - © Tous droits réservés

Se chauffer à l'aide de miscanthus, une plante venue d'Asie du sud: c'est le choix qu'a fait un foyer pour personnes handicapées dans la région de Gembloux. Surnommée "l'herbe à éléphant", le miscanthus permet d'éviter les coulées de boue des champs vers les voiries. Mais c'est également un combustible écologique et économique. 

Il y a deux ans, l'agriculteur Jean-Paul De Wulf plantait une bande de miscanthus au bord de son champ situé le long de la chaussée de Tirlemont à Gembloux. Le but premier: limiter les coulées de boue en cas de fortes pluies. Depuis, les plantes font plus d'1m70 de haut et sont prêtes à être fauchées. Pour cette opération, il suffit d'une machine agricole classique: "C'est une machine qui nous sert à récolter le maïs en temps normal. Durant cette période-ci, elle est inactive et reste au hangar. Il ne faut donc pas investir pour récolter le miscanthus" explique Philip Scherpereel, agriculteur. 

Une fois les tracteurs remplis de miscanthus broyé, direction le Foyer Bothey pour y apporter le précieux combustible "vert".

184 tonnes de CO2 en moins par an

Le centre héberge une soixantaine de personnes handicapées. "Nous sommes financés par la Région wallonne. Nous souhaitions faire des économies pour mieux utiliser ces subsides. La société Valbiom nous a alors proposé un chauffage de type biomasse grâce aux récoltes de miscanthus faites par les agriculteurs de la région" détaille Luc Gauthy, membre du conseil d'administration du Foyer Bothey. "En hiver, nous consommons en temps normal 60.000 litres de mazout. Ici, en achetant du miscanthus aux agriculteurs, nous devrions faire une économie de 0,20 euros par litre de mazout. Et puis, au delà de l'aspect purement économique, ce système de chauffage nous permettra à terme de réduire de 184 tonnes par an nos émissions de CO2" ajoute-t-il.

Actuellement faute de miscanthus nécessaire, le Foyer est obligé de se chauffer en partie avec des copeaux de bois depuis l'installation de la nouvelle chaudière en octobre dernier: "Il y a trois hectares de miscanthus qui sont à notre disposition. Il nous faudrait 10 hectares pour passer un hiver complet avec cette plante comme combustible" précise Luc Gauthy.

Du chauffage en circuit-court

Le Foyer Bothey a dû faire des aménagements afin d'accueillir le nouveau système de chauffage : "Nous avons transformé le local où se trouve l'installation. Nous avons notamment construit une cuve assez grande pour stocker le miscanthus" précise Luc Gauthy. "Contrairement aux pellets, le miscanthus demande un plus grand espace de stockage" précise Pierre-Louis Bombeck de Valbiom.

Par contre, un des avantages du miscanthus est qu'il est rapidement utilisable: "Quand le fermier apporte du miscanthus broyé, il le déverse dans la cuve puis il est directement envoyé dans la chaudière par un système d'hélices et de tuyaux"  ajoute Pierre-Louis Bombeck. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK