Gaurain-Ramecroix: quand des cavistes viennent en aide aux traiteurs

Un caviste tournaisien lance une initiative solidaire, pour permettre à certains restaurateurs ou traiteurs de poursuivre leur activité. L'idée? Une chambre froide "partagée", transformée en point de dépôt pour plats à emporter.

5 images
Une partie de l'équipe de chez Brunin-Guillier © C Legrand

D'ordinaire, Julien Brunin y stocke les bouteilles de vin blanc, de champagne, destinées aux gros événements, comme les mariages par exemple. ll nous ouvre la lourde porte de la chambre froide: tout est vide. "C'est normal, vu les annulations en série. Nous n'avons donc plus vraiment besoin de cet espace", résume le caviste. Il a décidé de mettre à disposition sa chambre froide, pour tout restaurateur, traiteur de la région qui rencontrerait des problèmes très pratico-pratiques. "Je pense à ceux qui décident de faire des plats à emporter, pour quand même poursuivre un peu leur activité, suite à la fermeture de leurs restaurants. Il faut les aider, se serrer les coudes. Nous avons - pour combien de temps encore?- toujours la possibilité d'ouvrir notre magasin. Nous pouvons stocker de la marchandise, accueillir les clients, les servir...Ce qui pourrait ne pas être possible chez chacun des traiteurs, ou des restaurateurs. Organiser une permanence n'est pas toujours envisageable...
 

5 images
Il reste de la place sur les rayons © C Legrand

Il reçoit beaucoup d'appels, de messages, mais, ce samedi midi, personne n'était encore venu déposer des plats dans la chambre froide. "Je pense que c'est tout à fait normal, car les traiteurs sont dans le rush, occupés à écouler leur stock au plus vite. Un peu plus tard, ils vont sans doute s'organiser pour 'tenir' les prochaines semaines, et là nous pourrons les aider si nécessaire".

5 images
Olivier Claix, traiteur © C Legrand

Un de ses amis traiteurs vient d'arriver au magasin. Les mains vides, et pour cause: "j'ai décidé d'arrêter, provisoirement mon activité", annonce Olivier Claix. Ce traiteur de Pipaix a fait ses comptes. "Avec les charges qui pèsent sur nous, et que nous devrons continuer à assumer, cela ne sera pas rentable de nous tourner vers les plats à emporter. Quand on a l'habitude d'assurer des réceptions pour 3, 4, 500 personnes les Week-ends, ce n'est pas en vendant 10 ou 15 plats à des particuliers que l'on va s'en sortir". Son personnel est en chômage technique. "Une décision vraiment déchirante, mais je n'avais pas d'autre choix, d'un point de vue économique". 

 

5 images
Gaurain-Ramecroix: une chambre froide "partagée" pour aider les traiteurs © Tous droits réservés

L'activité est sérieusement ralentie aussi chez les vins Brunin-Guillier. Une dizaine de personnes devraient être mises au chômage économique, dans les semaines à venir. "Il faut savoir que l'essentiel de notre activité consiste à livrer de gros événements, des discothèques, des restaurants…", poursuit Julien Brunin. Les ventes en magasin "pèsent" beaucoup moins lourd, "environ un cinquième du chiffre d'affaires". Mathieu fait partie des personnes qui devront rester à la maison, jusque début avril. "Je travaille comme graphiste ici. C'est un coup dur, cette période de chômage, mais je pense qu'il faut passer par là. On garde le moral malgré tout. On espère que ce n'est qu'une pause, et qu'on pourra bientôt appuyer à nouveau sur le bouton 'play', et reprendre l'activité comme avant". 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK