Ganshoren: l'opposition claque la porte du conseil communal

Le conseil communal de Ganshoren a tourné court ce jeudi soir.
Le conseil communal de Ganshoren a tourné court ce jeudi soir. - © THIERRY ROGE - BELGA

Sous tension, le conseil communal qui s’est tenu ce jeudi soir à Ganshoren a tourné court. Fustigeant le manque de respect de la majorité emmenée par le bourgmestre Pierre Kompany (cdH), l’opposition a décidé de claquer la porte de la séance. Les élus Ecolo-Groen, Ensemble-Samen#Carthé (PS) ainsi que le conseiller N-VA ont quitté le conseil à l’issue de deux interpellations citoyennes.

Nous avons été empêchés d’intervenir

Les deux interpellations citoyennes, présentées en début de séance, portaient sur le passage du bus 13 sur l’avenue Van Overbeke ainsi que sur le survol des avions. Après la présentation, la majorité a répondu aux auteurs des interpellations. "Lors de la précédente majorité, à l’issue d’une interpellation citoyenne, l’opposition avait droit à la parole, il y avait un débat. Nous pouvions donner notre avis sur la question", malgré un règlement qui ne le permet pas, reconnait Marie Fontaine (Ecolo-Groen). "Mais ce jeudi soir, la majorité nous a empêchés d’intervenir. Il n’y avait aucune possibilité de débats. Avant, le président du conseil communal faisait preuve de souplesse. Désormais, ce n’est plus du tout le cas."

L’opposition se dit "cadenassée"

Marie Fontaine évoque d’ailleurs "une attitude générale de la majorité". "Notre rôle d’opposition est cadenassé. Il n’y a plus de place pour le débat démocratique. La majorité affiche un mépris à notre égard. C’est également ce que ressentent les citoyens qui assistent aux conseils communaux depuis la mise en place de la nouvelle majorité".

Ce jeudi soir, Lara Thommès (PS) a également claqué la porte du conseil communal. "Depuis l’arrivée de cette nouvelle majorité, nous sommes privés de dialogue. Exemple avec la récente présentation de la déclaration de politique générale. La majorité l’a présentée et lorsque nous avons voulu y réagir, nous n’avons eu droit qu’à quelques minutes, sous prétexte qu’il était déjà tard. C’est inacceptable ! Mon groupe est disposé à proposer une opposition constructive. Mais pas dans ces conditions."

Plus de participation que sous l’ère Carthé

Stéphane Obeid, le Premier échevin MR, ne comprend absolument pas l’attitude de l’opposition. "Le règlement d’ordre intérieur prévoit que nous entendions des interpellations et que nous y répondions. Et visiblement, les réponses formulées par la majorité ont été jugées satisfaisantes pour les citoyens. Mais il n’est pas prévu qu’il y ait un questions-réponses majorité et opposition. Nous travaillons actuellement sur une refonte de ce règlement pour plus de participation et de transparence. Plus que par le passé, exemple sous le mayorat de Michèle Carthé. Je ne comprends dès lors pas l’attitude de l’opposition si ce n’est pour faire de la communication."

Avec le départ de l’opposition des bancs du conseil communal, la séance a dû être annulée faute de quorum au sein de la majorité. "Dès lors, plusieurs points relatifs à des projets liés à l’installation de sept nouvelles caméras, à nos écoles, à nos crèches sont bloqués. C’est irresponsable. J’invite donc l’opposition à être cohérente à renoncer à ses jetons de présence."

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK