Future prison de Haren: Alain Courtois redit tout le mal qu'il en pense

Future prison de Haren: Alain Courtois redit tout le mal qu'il en pense
Future prison de Haren: Alain Courtois redit tout le mal qu'il en pense - © BRUNO FAHY - BELGA

Le temps et les réponses qu'il dit avoir reçues jusqu'ici dans le cadre du projet de mega-prison à Haren, au nord de Bruxelles, ne rassurent par le député et Premier échevin de la Ville de Bruxelles Alain Courtois. Celui-ci a redit jeudi son opposition au principe de cette infrastructure pénitentiaire à cet endroit de la capitale.

Alain Courtois s'est exprimé ainsi, dans le cadre d'un colloque organisé jeudi au Palais de justice de Bruxelles au sujet de cette prison en projet qui devrait accueillir en 2019, 1190 détenus.

Ont également pris part à ce débat organisé par l'Association Syndicale des Magistrats (ASM) en collaboration avec Inter Environnement, des représentants de la DG Etablissements pénitentiaires du SPF Justice, de l'Atelier de recherche et d'action urbaines, ainsi que le bâtonnier de l'Ordre français du barreau de Bruxelles.

Alain Courtois s'est dit particulièrement interpellé par la problématique du transfert des détenus vers le Palais de Justice de Bruxelles qui prendront d'après lui, trois fois plus de temps par rapport à ceux liés aux prisons actuelles de Saint-Gilles et de Forest, et demanderont un investissement important des forces de police de la Ville pour les assurer.

"En outre, déplacer les tribunaux au sein même de la prison, comme cela a déjà été évoqué, est, selon moi, la pire des solutions puisqu'elle va symboliquement à l'encontre de la présomption d'innocence", a ajouté Alain Courtois.

Le premier échevin libéral a aussi invoqué des problèmes de mobilité, de qualité de vie et d'environnement pour la population locale, mais aussi de financement.

"Quelles sont les compensations éventuelles pour les habitants et pour la Ville de Bruxelles, au regard du foncier libéré à Forest et Saint-Gilles qui peuvent devenir de formidables projets immobiliers", a-t-il demandé, se disant pour le surplus très perplexe quant à la capacité de cette méga-prison y compris dans le contexte de l'émergence grandissante de foyers de radicalisation dans ce type de milieu.

"J'ose néanmoins espérer que les inquiétudes du monde judiciaire, des communes concernées, mais également des riverains, seront enfin prises au sérieux et que des solutions raisonnées pourront être trouvées rapidement", a conclu Alain Courtois.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK