Frasnes-lez-Anvaing : deux bovins enfermés dans une grange au milieu de cadavres d'animaux

À la demande des autorités, l’association Animaux en Péril est intervenue ce vendredi matin pour prendre en charge deux bovins.  Ceux-ci étaient enfermés dans une grange dont le sol était couvert de boue et de déjections dans lesquelles ils s’enfonçaient jusqu’au ventre. 

La police était présente en nombre pour cette intervention, l’association de de défense des animaux précisant que "le propriétaire des lieux étant connu des autorités pour être très violent".

Un accès difficile

L’accès à la grange elle-même aurait été particulièrement difficile "L’entrée de cette grange en tôle est bloquée par deux barrières en métal solidement attachées au reste du bâtiment par des cordes, mais surtout immobilisées par une montagne de paille pourrie qui s’enchevêtre dans les barreaux".

Un tracteur a été nécessaire pour permettre aux soignants de dégager les barrières pour pouvoir accéder aux animaux.  Mais une surprise attendait les visiteurs dans le fond de la grange "Ce qu’ils imaginent d’abord comme étant çà et là des tas de paille sale et pourrie se révèlent être en fait des cadavres de bovins en décomposition. Plus loin, ce sont des os et un crâne qui sont là, par terre, nettoyés par des organismes charognards" indiquent les responsables d’Animaux en Péril.

Les deux animaux ont finalement pu être embarqués "sous bonne escorte de la police qui doit maintenir le propriétaire des lieux à distance pour laisser sortir le van d’Animaux en Péril".

Sur place, des équidés et une trentaine de chiens allaient également être pris en charge par une autre association.

En piteux état 

D’après Animaux en Péril "les deux bovins ne respirent pas la santé. Leurs pattes sont recouvertes jusqu’au ventre de déjections qui ont gravement irrité la peau. Ils souffrent tous les deux d’une infestation de poux. Leur peau est rongée par la gale. Chez le taureau, c’est même toute la toison qui tombe par morceaux, ravagée par les parasites".

Le communiqué précise encore que "Les deux animaux devront être complètement tondus, lavés et traités contre les parasites. L’environnement propre et idéal du refuge permettra de venir à bout de ces graves négligences, notamment en permettant aux deux animaux, sans doute pour la première fois de leur vie, d’évoluer dans des prairies à l’air libre".

Le propriétaire pourra être poursuivi au pénal ou administrativement. Si le Parquet décide de prendre la main dans cette affaire, il pourrait être renvoyé le devant le tribunal correctionnel. En l'absence de poursuites du Parquet, le fonctionnaire sanctionnateur pourrait non seulement infliger une amende au propriétaire mais également lui retirer son permis de détenir des animaux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK