Francorchamps: le parc de l'industrie automobile de Blanchimont ne décolle pas

Le site de Blanchimont, en bordure du circuit de Francorchamps, reste désespérément vide.
Le site de Blanchimont, en bordure du circuit de Francorchamps, reste désespérément vide. - © spi.be

Le constat est immédiat pour ceux qui passent à proximité du circuit de Francorchamps. Toutes les parcelles du parc de l'industrie automobile de Blanchimont sont à louer ou à vendre. Le groupe russe Marussia, qui produit des berlines de luxe, avait pourtant acquis une parcelle et entamé une procédure de rachat mais elle vient de laisser tomber son projet d'atelier de montage.

Sur papier, développer un parc d'activités économiques dans le secteur de l'automobile, en bordure d'un circuit de Formule 1, ce n'est pas idiot. Mais le démarrage est plutôt laborieux. Le groupe russe Marussia, qui produit des berlines de luxe, a fondé une filiale de droit belge et a acquis une parcelle. Mais la société provinciale d'industrialisation a entamé la procédure de rachat du terrain parce que le projet d'un atelier de montage est abandonné. Le site de Blanchimont reste donc désespérément vide.

Et dans l'immédiat, il ne reste que quelques pistes, hypothétiques. Les coréens Oullim pourraient venir, ils ont en tout cas été contactés. Les chinois Li Fan, qui sont engagés dans des championnats asiatiques de rallye et qui se sont récemment associés à un motoriste britannique, pourraient être intéressés. Ces constructeurs extrêmes orientaux lorgnent vers le marché européen et savent que, s'ils veulent débarquer en force, ils vont sans doute devoir produire en partie sur place, notamment pour s'adapter aux normes antipollution. Mais ça, c'est du moyen terme.

Selon nos informations, le seul dossier concret est porté par des investisseurs allemands, originaires du Nurburgring. La reconversion de la région liégeoise passe-t-elle par l'industrie automobile? Poser la question, c'est déjà y répondre.

M. Gretry


Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK