Frameries: des fous du volant organisent des courses en pleine circulation

Soixante voitures et 140 conducteurs ont été interceptés par la police boraine. L'opération a eu lieu sur le parking d'un centre commercial à Frameries.

Ces fans du volant avaient l'intention de participer à une course sur route ouverte. Leur terrain de jeu : le R5, une route à deux bandes entre Frameries et Asquillies.

Bertrand Caroy est commissaire à la zone de police boraine : "C'est connu depuis longtemps. Il y a quelques années le rassemblement s'effectuait sur une place à Pâturages. Puis ça s'est déplacé. Et aujourd'hui, on constate de nombreux rassemblements sur Frameries. On doit réagir. C'est inadmissible de mettre en danger la vie des autres conducteur pour assouvir sa soif de vitesse".

Un mauvais remake de la Fureur de Vivre

Kevin est mécano dans le Borinage. Il fait partie des personnes interceptées par les forces de l'ordre. "Cela fait des années que ces courses sur route ouvertes existent. Avec des copains on se réunit chaque semaine mais surtout sur des parkings". Et quand on lui demande s'il a conscience de mettre la vie des autres usagers en danger, la réponse fuse. "On fait attention, on regarde s'il n' y a pas de circulation. On se met côte à côte . Et on respecte une distance de sécurité entre les deux voitures. "

Preuve que le phénomène est courant, une ligne de départ est tracée sur le R5 avec de la peinture blanche. "Il y a des véhicules qui se mettent à l'arrière pour protéger les voitures qui effectuent la course. Et alors y a plus de limite, explique le commissaire Bertrand Caroy. L'intérêt pour ces courses sauvages dépasse largement la région du Borinage. Parmi les personnes interceptées, il y a des gens qui viennent de la région liégeoise et du Namurois. Je me demande s'il n y a pas des paris qui sont organisés."

Fraudes à l'assurance et au contrôle technique

Direction le contrôle technique de Cuesmes : quatre véhicules interceptés sont contrôlés. Trois sont déclarés interdits à la circulation. Le quatrième obtient une validité limitée.

Il faut dire que ces bolides ont tous été transformés : pot d'échappement, moteur, pneus, bas de caisse. Certaines voitures sont même immatriculées comme ancêtre alors qu'elles dépassent allègrement le 200 kilomètres heure. "Elles devraient être assurées comme des voitures de rallye, mais c'est bien plus cher au niveau des assurances", explique le commissaire Caroy.

Plusieurs procès-verbaux ont donc été rédigés. Et plusieurs conducteurs se sont vus retirer leur permis de conduire pour quinze jours.

Quant aux personnes directement impliquées dans ces courses potentiellement meurtrières, elles seront poursuivies devant un tribunal de police.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK