Forêt de Soignes : certains phénomènes laissent à penser que le réchauffement climatique a déjà des conséquences sur les hêtres

La hêtraie cathédrale
3 images
La hêtraie cathédrale - © rtbf

L'enquête publique sur le nouveau plan de gestion de la forêt de Soignes débute ce mardi 15 mai. Un plan de gestion qui prévoit notamment de diversifier davantage les essences d'arbre. Car, à termes, les hêtres risquent de souffrir du réchauffement climatique. Aujourd'hui, les conséquences de ce réchauffement sont encore peu visibles même si certains phénomènes interpellent les spécialistes et les gardes forestiers.

Au sol, elles forment un gigantesque tapis. Des milliers et des milliers de petites fleurs viennent de se détacher des hêtres. " Ça, ce sont les fleurs mâles " explique Frederik Vaes, responsable de la gestion forestière pour Bruxelles-Environnement. " Cette année, on a vraiment une floraison exceptionnelle du hêtre. C’est quelque chose que l’on observe seulement depuis le début des années 2000. Avec même régulièrement une floraison bisannuelle. Avant, elle avait lieu tous les 5 ou 6 ans ".

Régénération naturelle

Cette floraison multiple va de pair avec un autre phénomène, celui de la régénération naturelle des hêtres. Impensable encore il y a un peu plus de 10 ans. " Il y a 20-30 ans, on ne plantait que des hêtres issus de pépinière " se rappelle Martine Coulon, cheffe de la deuxième brigade de la forêt de Soignes. " Puis, on a fait des essais de semis avec des faînes qu’on avait récoltées. Mais ça ne fonctionnait pas. On fait des études. Sans résultat. On a fini par se dire que la régénération naturelle, ce n’était pas possible en forêt de Soignes. Et puis subitement, d’un coup, après 2005, on a en a eu tout plein. Là on s’est tous dit : ‘ah bon, qu’est-ce qui se passe’ ".

Aujourd'hui, la piste du réchauffement est avancée. " Les scientifiques s’interrogent sur la possibilité que ce soit lié aux changements climatiques " précise Bart Swerts, garde forestier. " Est-ce que c’est parce que l’arbre est plus stressé, notamment par la chaleur, qu’il veut se reproduire plus vite ? Mais il se peut aussi qu’il s’épuise de la sorte, car cela lui demande beaucoup d’énergie ". " C’est un peu paradoxal. On dirait que si la régénération naturelle s’installe, c’est que les hêtres se sentent bien " rajoute Frederik Vaes. " Mais ça pourrait être aussi un cri de secours de la part de cet arbre qui dit : ‘je suis en train de souffrir, je vais me reproduire un maximum’. Et c’est ce qui est en train de se passer ".   

Cette prolifération des hêtres est peut-être le chant du cygne de cette essence qui, d'après les prospections, devrait disparaître des plateaux de la forêt de Soignes à l'horizon 2100.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK