Fonds des calamités: le gouvernement flamand veut privatiser l'assurance pour les agriculteurs

Dégâts dans les fermes, inondations de champs, sécheresse, fortes pluies,… Les phénomènes climatiques extrêmes coûtent cher au fond des calamités agricoles. Trop, estiment certains.

Le gouvernement flamand veut donc privatiser cette assurance pour les agriculteurs. Terminé le système solidaire d’ici la fin de l’année, place désormais à l’assurance privée.

Le secteur des assurances n’est pas vraiment opposé, mais demande du temps. C’est un secteur neuf et beaucoup de questions se posent.

« Quand nous vivons des événements climatiques extrêmes, ça peut faire beaucoup de monde qui est touché en même temps. Point de vue assurance, c’est toujours plus facile de prendre en charge les dommages qui surviennent de manière éparse. Tout le monde n’a pas d’appendicite en même temps, mais dans le domaine agricole, une sécheresse, des inondations, un gel prononcé sont des choses qui risquent d’affecter beaucoup d’exploitations », explique Wauthier Robyns, porte-parole d’Assuralia.

Une question parmi d’autres aussi. Les agriculteurs pourront-ils se payer une telle assurance ? A noter que le gouvernement flamand va la subsidier partiellement, et cela pendant un temps limité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK