Foire de jardin d'Enghien: le plein de plantes, de conseils… et de soleil

Le soleil incite à la dépense
Le soleil incite à la dépense - © S. Vandreck

Une météo quasiment estivale… Voilà de quoi nous donner envie de retourner au jardin. Semer, planter, tailler, prendre soin de ses plantes ornementales, légumes et arbres fruitiers, c’est un loisir prisé par bon nombres de belges dès le retour des beaux jours, qu’ils aient un grand ou un petit jardin.

Un budget conséquent

Dans les allées du parc d’Enghien, transformées tout ce week-end en une des plus grandes foires de jardin du pays, la tendance ne se dément pas. Ils sont des centaines à déambuler parmi les 250 stands, proposant tantôt des objets décoratifs originaux, tantôt des aromatiques, des rosiers de collection, des plantes grimpantes, des petits arbustes fruitiers… "Il y a beaucoup trop de tentations ici!", nous souffle un jardinier amateur qui a déjà fait le plein de rosiers, d’ancolies, d’alstroemères dans son petit chariot. "C’est un certain budget qui part, tant qu’il y a de la place dans coffre de la voiture". Une dame, plus loin, nous avoue que c’est la troisième journée qu’elle passe dans la foire. Elle vient enfin s’offrir tout ce qu’elle a repéré les jours précédents: "On a déjà craqué pour beaucoup de choses : on a commencé par les mobiles de jardin, là on regarde les aromatiques, et on terminera par les fruits". Devant un stand de plantes rares, un autre passionné de jardinage vient de faire son premier achat, et il ne compte pas s’arrêter là: "Nous ne nous sommes pas fixé de budget, et on dépense toujours beaucoup!, confirme-t-il en riant. Le jardin est une passion chez nous, donc ça peut aller très vite".

La qualité prime

Selon une étude réalisée par Comeos en 2011, le belge consacre un budget annuel élevé à son jardin: il dépense en moyenne 366 euros par an dans les jardineries, les pépinières, les magasins de bricolage, et sur les marchés. Une visiteuse a fait ses comptes: "Ici, je vais dépenser deux à trois cents euros maximum. Il ne faut pas exagérer non plus". Les pépiniéristes présents à la foire nous confirment qu’en moyenne leurs clients dépensent une vingtaine d’euros, "mais ils vont évidemment visiter plusieurs stands!". Le soleil incite évidemment davantage à la dépense. Les conseils des exposants, la qualité des produits présentés, voire leur rareté, influencent aussi les achats. "Nous préférons faire vivre un artisan qu’un supermarché, confie un couple. Nous savons d’où viennent les plantes et nous sommes sûrs qu’elles vont tenir". Il ne leur reste donc plus qu’à retrousser leurs manches et à profiter des dernières heures de météo printanière pour installer tous leurs achats au jardin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK