Florennes : A quelques mois du scrutin, des listes toujours incomplètes

Florennes : A quelques mois du scrutin, des listes toujours incomplètes
Florennes : A quelques mois du scrutin, des listes toujours incomplètes - © Tous droits réservés

C’est une coalition qui dirige la commune depuis 2012, une courte tripartite U11C-PS-Écolo (12 élus contre 9). Le Bourgmestre Pierre Helson est prêt à livrer bataille une nouvelle fois. Pourtant, il le reconnait, la tâche n’a pas toujours été facile : "Il n’est pas toujours aisé de travailler avec une majorité réduite, cependant, il n’y a pas eu de gros accrocs, de grosses confrontations. Les relations au sein de la majorité ont été positives".

Et l’actuel bourgmestre souligne le travail accompli : Les avancées du chantier de la maison de repos, qui devrait démarrer courant 2018, les maisons de village de Morialmé et Florennes, ou encore la rénovation de l’espace culturel. Cela malgré les difficultés : Il a fallu composer avec le départ de Didier Gysel du PS, qui a rapidement siégé comme indépendant. Et gérer des missions de plus en plus lourdes, des dépenses plus importantes, par exemple le coût du Cpas, en augmentation de 8 % par rapport à l’an dernier, ou encore la dotation de la zone de secours qui a augmenté de 10%.

Du côté du PS, Michel Paquet, le président Cpas depuis 5 ans, pourrait  briguer un dernier mandat. Mais la liste  n’est pas encore formée, et la place pourrait revenir à un nouveau venu, plus jeune.  Les discussions sont en cours.

Sans surprise, Ecolo, allié dans la majorité, présentera bien une liste, dont la composition doit être finalisée pour la fin du mois de mars. Une liste qui devrait être renouvelée, faisant plus de place aux jeunes. L’espoir étant d'obtenir au moins deux élus, pourquoi pas trois avoue Clauy Lottin pour qui l'objectif semble loin d'être irréalisable. Ecolo dresse un bilan positif, satisfait d’avoir pu imprimer sa marque,  souvent "en donnant l’impulsion aux projets qui ont pu aboutir, comme l’espace culture, par exemple". Le premier échevin est particulièrement fier de la nouvelle structure mise en place. "Il n’y a plus d’influence politique dans les nominations du personnel. Nous avons redéfini les règles de travail, un audit a été réalisé". 

L’électeur aura donc avoir le choix entre quatre listes

Du côté de l’opposition, Stéphane Lasseaux (Contact 21) nous confirme la présence d’une liste pluraliste, qui se veut représentative de la population et de l’ensemble de la commune, de tous les villages, et variée en terme de profils, de professions et d’âges. 
Quand il revient sur la législature qui se termine, le chef de file de l'opposition souligne la volonté de mener un travail constructif depuis 2012. "Il n’y a jamais eu de volonté d’empêcher la commune de fonctionner". Du Côté des gros dossiers en cours, l’opposition rappelle son rôle. "Nous avons joué le jeu d’une opposition constructive, nous avons fait ce qu’il fallait pour faire avancer les dossiers, notamment en allant chercher des subsides par exemple pour la salle de tennis de table, le château de Florennes, ou la maison de village." Et puis la maison de repos. Un projet important pour la commune, que l’on se trouve dans la majorité ou l’opposition, note Stéphane Lasseaux. "Parce que la liste d’attente est importante, on manque de places, mais c’est aussi une soixantaine d’emplois à créer, ce qui n’est pas négligeable pour une commune comme Florennes".  L’opposition est allée à la rencontre des citoyens dans les onze villages de la commune. Propreté, incivilités, sécurité, commerces, sont les thèmes qui reviennent fréquemment. Redynamiser Florennes et relancer l'activité dans le centre seront les principaux défis à relever estime Stéphane Lasseaux. De préférence par une majorité forte. "Il est bien sûr plus difficile de travailler à trois au sein d’une majorité, surtout quand il faut gérer des électrons libres. La fin de la législature a été compliquée, on sent des tensions au sein de la majorité. Florennes a besoin de stabilité, et donc d’une majorité forte". 
 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK