Floreffe: l'éleveur Marc Remy restera avec une bonne trentaine de moutons sur les bras

Pour la fête du sacrifice, les moutons doivent avoir des caractéristiques bien précises. (Photo RTBF - M. Mélon)
2 images
Pour la fête du sacrifice, les moutons doivent avoir des caractéristiques bien précises. (Photo RTBF - M. Mélon) - © Tous droits réservés

Les musulmans fêteront l'Aïd al-Adha le 24 septembre prochain. En wallonie, des éleveurs de moutons sont dans le pétrin. Les bêtes destinées au sacrifice pour la fête restent sur les bras à cause d'un appel au boycott du sacrifice lancé par les autorités musulmanes.

A Floreffe, Marc Remy est propriétaire d'un troupeau de 300 brebis. Cette année, les musulmans ne se bousculent pas aux portes de son exploitation pour acheter des animaux. L'éleveur va perdre de l'argent. Il restera avec une bonne trentaine de moutons sur les bras.

Les musulmans protestent contre les restrictions et surtout contre la manque d'infrastructures pour les abattages rituels. Des milliers d'agneaux sont concernés par la fête musulmane qui se déroulera le 24 septembre.

Le secteur ovin demande aux autorités politiques et musulmanes d'organiser la fête l'an prochain d'une autre manière afin d'éviter les pertes financières. Des musulmans ont annoncé qu'ils enverront au Maroc, à leurs familles, le montant équivalent au prix du mouton.

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK