Fleurus : la faillite suspecte de Best Medical se concrétise

Au mois d’avril 2011, l’entreprise, qui s'appelle encore Nordion, est à l'agonie et en pleine restructuration. Un repreneur inespéré se manifeste et  Nordion, canadienne, devient alors Best Medical, américaine.

Mais il n’est pas question de rachat. Au contraire puisque la nouvelle direction reçoit 13 millions d'euros de Nordion pour poursuivre le plan social et s'occuper du traitement des déchets nucléaires présents sur le site. Mais très rapidement, tout le monde se rend compte que rien de ce qui est prévu se déroule. L’entreprise végète et est ensuite déclarée en faillite. Avec, à la clef, les frais de la dépollution du site qui seront vraisemblablement à charge de la collectivité.

Concrètement, l'homme d'affaires américain à la tête de Best Medical à Fleurus est suspecté d'avoir vidé la trésorerie de cette entreprise à haut potentiel technologique et d'avoir réinjecté l'argent dans d'autres filiales de son groupe aux Etats-Unis. Le parquet de Charleroi mène l'enquête.

Aujourd'hui, des pistes de reprises existent qui pourrait recréer une trentaine d'emplois. Mais les syndicats sont plutôt sceptiques au regard de ce qui s’est déjà passé. Et, dès lors, curateurs comme syndicalistes seront extrêmement attentifs aux plans commerciaux et industriels présentés par les candidats repreneurs.

Jérôme Durant, Daniel Barbieux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK